Le problème des marins-pêcheurs est enfin résolu. Et le secteur de la pêche, qui a connu une accalmie, non sans perte, va devoir reprendre son activité. En effet, les nombreux bateaux et chalutiers qui avaient bloqué le port commercial pendant trois jours se sont enfin retirés pour permettre aux navires chargés de sel de quitter le quai, près de la zone franche. 

Ainsi, la pression a donné ses fruits. Des négociations ont eu lieu vendredi entre l’association « Le pêcheur pour le développement et l’environnement » et les autorités de tutelle au terme desquelles les pêcheurs ont bénéficié des promesses et des garanties pour qu’ils reviennent pêcher dans les eaux territoriales tunisiennes en toute sécurité et sous la protection des autorités.

Commune : on n’est pas sorti de l’auberge

Le nombre des Zarzissiens résidant à l’étranger  se compte par dizaines de milliers. C’est probablement la raison pour laquelle cette ville a été choisie pour représenter le gouvernorat de Médenine au colloque organisé par l’Office des travailleurs tunisiens à l’étranger (Otte) pour parler et discuter des projets, des relations, de partenariat avec d’autres conseils municipaux européens. Le colloque a eu lieu le 24 septembre, à Gammarth, sous la présidence du ministre des Affaires sociales.  Seulement certains membres du Conseil municipal de Zarzis, «gelé» ont émis des réserves, comme toujours, quant au choix du conseiller, qui a participé à ce colloque à leur insu. L’on peut citer dans ce cadre M. Mehrez Tersim, responsable de l’entraide décentralisée, des affaires administratives et des prestations de services au sein de la commune. Et d’ajouter que la personne désignée serait partie les mains vides, sans projets, ni propositions à discuter avec les participants et surtout avec les Zarzissiens d’outre mer, comme Olfa Zridet, membre d’un Conseil municipal à Paris, et Mouldi Miladi, activiste résidant à Paris, pour les mettre au courant des insuffisances et des besoins de la ville et du genre de partenariat qu’ils désirent entretenir et pour lesquels ils doivent militer au profit, bien évidemment, de nos compatriotes à l’étranger.

Charger plus d'articles
Charger plus par Dhaou MAATOUG
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire