Les JCC dans les prisons et dans les régions rythmeront la semaine d’un public différent de la capitale. La partie « adaptations cinématographiques d’une nouvelle tunisienne », et les JCC et la francophonie sont deux nouveautés propres à l’année 2021.

Films tunisiens, africains et arabes feront les beaux jours de cette édition qui s’étalera du 30 octobre au 6 novembre 2021 à Tunis, mais également dans les régions. Le cinéma inédit, tourné vers l’avenir, les causes humaines et justes revient après une édition « rétrospective » / « Hommage » exceptionnelle maintenue malgré la pandémie en 2020.

11 sections marqueront cette 32e édition faite par 750 films enregistrés, courts, longs et documentaires. 200 films longs ont été inscrits (entre documentaires et fictions), arabes et africains. 550 courts métrages documentaires et fictions sont aussi inscrits. 18 longs métrages ont été débattus : 9 documentaires et 9 fictions. 36 courts métrages : 5 documentaires et 31 fictions ont été visionnés. 45 pays ont pris part à la nationalité des films qui concourront en 2021. 28 pays africains et 17 arabes font partie de la panoplie.

Des jurys issus des festivals du monde entier, et des critiques désigneront les Tanit vainqueurs. Sophie Salbot, Nujoom Al-Ghanem, Chloé AichzBoro, Hamza Ouni et Necati Sonmez formeront le jury documentaire long et court. Enzo Porcelli est président du jury des courtes et longues « fictions », qui est composé de membres, comme Hoji Fortuna, Tarek el Shennawi, Gessica Fabiola Geneus, Daoud Aoulad-Syad et Soufiane Ben Farhat. La section première œuvre « Taher Cheriaa » est chaperonnée par un jury formé par Sékou Traoré, Bassma, et Ramses Mahfoudh. La section Ciné-promesses sera dirigée par Nicole Kemato, Fatou Kiné Sene et Lina Chaabane. Le jury désigné à la tête de la section « Droit de l’Homme » prix « Lina Ben Mhenni » est composé de Sarah Berthou, Bochra Bel HajHmida et Hechmi Ben Fraj. L’Union générale tunisienne du travail, la Fédération internationale de la presse cinématographique et la Fédération Africaine des Critiques du Cinéma formeront les jurys parallèles.

La section « Séances spéciales » verra défiler des adaptations en courts métrages tunisiens, et « Lingui, les liens sacrés » de Mahamat Saleh Haroun en ouverture, sans oublier, « Heliopolis » de Jaafer Kacem. Quatre longs métrages composeront la section « Hors compétition », avec 5 courts métrages inédits. Des catégories parenthèses seront consacrées au cinéma belge et libyen dans « Visions Libye » et « Vision Belgique », le cinéma du monde sera au rendez-vous, sans oublier, la section « Regard sur le cinéma tunisien », avec des tables rondes consacrées aux deux cinémas. Les JCC dans les prisons et dans les régions rythmeront la semaine d’un public différent de la capitale. La partie « adaptations cinématographiques d’une nouvelle tunisienne », et les JCC et la francophonie sont deux nouveautés propres à l’année 2021. Des hommages et une table ronde sur le film francophone sont prévus, ainsi qu’une autre consacrée aux « Plateformes numériques ». Des hommages rendus à Chekra Rammeh, Khmaies Khayati, Bahri Rahali, Hsann Tebbi, Hager Bouhaoula et Sadok Anoir Sabbah seront tenus. La cérémonie d’ouverture se déroulera dans la soirée du 30 octobre 2021 et sera tenue par Nejib Belkadhi.

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire