Les réseaux sociaux et les plateformes garantissent un exercice multidimensionnel de la liberté d’expression, qui est inédit dans l’histoire de la communication. Or, selon plusieurs intervenants au colloque sur « Les faits comme fiction », il devient possible via ce dispositif  de s’ingérer dans les campagnes électorales, de déstabiliser un candidat et de faire monter un autre. Selon Makrem Dhifalli, analyste data, la Russie est l’un des pays les plus pourvoyeurs d’infox pendant les campagnes électorales. Elle s’est ingérée massivement en France pendant la présidentielle de 2017 et aux EU, au temps de la campagne Trump.

En Tunisie, et comme l’a relevé Nabil Baffoun, président de l’Isie, plusieurs faiblesses compliquent le travail des moniteurs de l’Isie travaillant en particulier sur la presse électronique et les réseaux sociaux lors du processus électoral. Ces problèmes résident dans le flou et le manque de précision de certaines notions citées dans la loi électorale telles que la « publicité politique » et « la propagande électorale ».

« Pire encore, la loi électorale ne cite même pas les réseaux sociaux », a ajouté le président de l’Isie.

Les réseaux sociaux ont été l’espace le plus difficile à traquer en matière d’élections législatives et présidentielles, d’autant plus que  les 15 moniteurs de l’Isie n’ont pas eu accès, en Tunisie, à la bibliothèque de publicité de Facebook et à ses activités sponsorisées. Les faux profils de pages favorables à certains candidats ont compliqué la mission des moniteurs. Le gros des infractions sur le Net a eu lieu, selon Nabil Baffoun pendant le silence électoral. La diffamation a dominé le paysage.

Pourtant, comme le constate Makrem Dhifalli, ceux qui ont gagné les élections n’ont pas basé leur campagne sur les réseaux sociaux ou sur le dénigrement de leurs rivaux, préférant des stratégies basées sur le contact physique et direct, loin du bruit assourdissant de Facebook.

Charger plus d'articles
Charger plus par Olfa BELHASSINE
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire