Benghazi sera un déplacement périlleux pour l’Espérance. Al-Ittihad de Tripoli y fera tout pour empêcher les «Sang et Or» d’atteindre, comme à leur accoutumée, le tour des poules.


Les choses sérieuses vont commencer dès aujourd’hui pour l’Espérance Sportive de Tunis, qui entamera une nouvelle aventure en Ligue des champions. Il est vrai que la nouvelle équipe «sang et or», passée sous les commandes du coach Radhi Jaïdi, a déjà joué deux matches officiels en Supercoupe de Tunisie, mais ce fut sans pour autant révéler ses réelles prédispositions. En effet, ses deux résultats ponctués d’une défaite contre l’USMonastirienne et une victoire face au CSS pour les éditions respectives de 2019 et 2020 ont laissé une impression mitigée chez les supporters.

La colère a même grondé à l’issue du prélude décevant devant les Monastiriens, mais le rachat a été rapide face au CSS en l’espace d’une semaine. Tout à l’heure, la troisième sortie officielle de la troupe à Radhi Jaïdi nous éclairera davantage sur les ambitions réelles du doyen des clubs tunisiens. Ce dernier, rappelons-le, a raté le coche lors des deux dernières compétitions africaines, mais cela a toujours été dans les tours avancés. Et cette fois-ci, Al Ittihad Tripoli veut, justement, être à l’origine d’une grande désillusion précoce. N’a-t-il pas le droit de défendre ses chances et de piéger une formation espérantiste qui se trouve à la quête d’un nouveau style, qui nécessite du temps encore pour être bien ancré; surtout avec le 3-5-2 que Radhi Jaïdi compte en faire la nouvelle force de frappe de son équipe qu’il désire athlétique et conquérante.

Gare à l’effet de surprise

Grâce à sa longue expérience et sa parfaite connaissance du football libyen, l’Espérance prendra très au sérieux son duel avec Al-Ittihad qui semble bien préparé pour surprendre son hôte  tunisien . Avertis , les joueurs «sang et or»  le sont parfaitement. Ils commenceront  le match avec la prudence nécessaire pour chasser l’effet de surprise.

Mieux encore, ils comptent marquer des buts en terre libyenne afin de garantir l’essentiel de leur qualification à l’étape des poules.

On ne sait pas si Jaïdi va opter pour son 3-5-2 en déplacement ou s’il va choisir la vigilance (4-4-2). Cela dépendra sûrement de l’évolution du jeu.

Ballottage et embarras du choix

La tactique appropriée, pour cette entrée en lice de l’Espérance, ne doit pas poser de problème grâce à la récupération de tous les joueurs qui étaient indisponibles pour diverses raisons, notamment les blessures.  Ainsi Chetti, Yaâcoubi, Mechmoum, Coulibaly, Houni et même l’Ivoirien David Koffi sont tous opérationnels et fin prêts à prêter main forte à leur équipe.

Mais rien n’a filtré à propos de la formation qui sera alignée à Benghazi devant l’adversaire libyen.

Beaucoup de ballottages existent, particulièrement entre Ben Hmida et Chetti au poste d’arrière gauche, Houni et Arfaoui en attaque et même au milieu de terrain au cas où Coulibaly va recouvrer ses droits dans l’équipe rentrante.

Bref, Jaïdi peut se frotter les mains du fait qu’il se trouve muni d’une panoplie d’options pour aligner la formation qui sied bien à la circonstance de ce déplacement crucial.

Charger plus d'articles
Charger plus par Amor Baccar
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire