La fraude sur le poids est un énorme préjudice pour le consommateur. Des pratiques malsaines à combattre.


Une lutte sur tous les fronts attend les nouveaux responsables gouvernementaux. Celle qui a trait aux prix et au pouvoir d’achat des citoyens demeure prioritaire. Tout d’abord, il faut insister sur la législation qui est en vigueur. Elle n’est pas assez dissuasive, puisque les récidives sont nombreuses. Quant au phénomène de la hausse vertigineuse des prix, il est multiforme. Car il y a pire. Le consommateur est doublement pénalisé. En plus des prix élevés pratiqués par tout le monde, du petit épicier du coin au «hammass» du quartier, en passant par les grandes surfaces, il existe d’autres pratiques encore plus malsaines.

Chacun des acteurs du marché s’évertue à plumer autant que faire se peut le pauvre client. Le pire, donc, c’est lorsque le vendeur ou le marchand joue sur les poids et les mesures. Dans les grandes surfaces, les techniques trompeuses ne se comptent plus. Des emballages attrayants cachent une marchandise de piètre valeur. Des bouteilles inférieures à un litre (quantité habituelle) sont utilisées pour présenter un produit ayant une contenance moindre. D’autres méthodes détournées sont mises en œuvre pour leurrer les acheteurs.

Les publicités sur des produits cédés «gratuitement» moyenant l’achat de plus d’une ou de deux unités sont légion. La gratuité n’est que pur mensonge.

Au niveau des poids, c’est une autre paire de manches. C’est un classique. Les balances, sous quelque forme qu’elles se présentent, sont manipulées. Si elles ne sont pas truquées, le vendeur procède par des tours de passe-passe pour frauder. Les exemples abondent. Après le pesage de la marchandise, le prix est copieusement «arrondi». Le client ne peut pas voir le poids affiché parce que le vendeur se met dans une position telle qu’il lui masque la vue. Ou encore, la balance est placée de façon à ce que rien ne soit visible. Sinon, le boucher, le fromager ou le marchand de légumes vous refilent plus que le poids demandé. Façon de liquider, le plus vite possible, sa marchandise. Dans le cas de la viande, des fromages, des fruits secs très chers (on pense, par exemple, aux pignons), le préjudice est énorme. Imaginez que le fromager vous remette un morceau de fromage dans un emballage généreusement découpé. Cet emballage est payé au prix du fromage dont les prix sont au plus haut.

Toutes ces scènes paraissent anodines. Le Tunisien les subit tous les jours sans trop rechigner parce qu’il aura à le faire avec, au moins, trois ou quatre individus quotidiennement.

En bref, il n’y a pas que la hausse des prix qui est à combattre. Les fraudes sur le poids constituent aussi une grave atteinte aux droits des consommateurs.

Charger plus d'articles
Charger plus par Amor CHRAIET
Charger plus dans Société

Un commentaire

  1. Agatacriztiz

    19/10/2021 à 20:06

    Il y a un travail à faire par la brigade de répression des fraudes du Ministère de l’économie nationale et obliger tous, je dis bien tous les marchands qui vendent leurs marchandises au poids de délivrer un « ticket de pesage » à chaque pesée.
    Dans les grandes surfaces, on trouve ce type de bascules à tous les rayons, fromages, viandes, poissons, légumes et fruits…

    Répondre

Laisser un commentaire