La Cinémathèque tunisienne vibrera peu avant les Journées cinématographiques de Carthage au rythme des projections de films tunisiens et étrangers d’antan, voire peu connus. Le cycle s’intitule « Villes tunisiennes » et s’étendra du 19 au 28 octobre 2021.


Chaque mardi, l’équipe de la Cinémathèque propose une découverte. Cette semaine, au programme, le long métrage, venu tout droit du Mozambique, «Le train du sel et du sucre», de Liciano Azevedo, a ouvert le calendrier, à partir de mardi 19 octobre, à 18h30. Toujours à la même heure, une fiction de 60 minutes signée Abdelhamid Bouchnaq et intitulée « Jadis Kerkouane » passera aujourd’hui mercredi 20 octobre 2021. Pendant la semaine, honneur aux projections en 35 minutes, en commençant par le film de Brahim Babai, «L’Odyssée», datant de 2003. Le 22 octobre, place aux documentaires, dont le premier court s’appelle « Mon Village, un village parmi tant d’autres » de Taïeb Louhichi, datant de 1972 et d’une durée de 17 minutes , suivi par «Ghar El Melh», un documentaire de 52 minutes  d’Amen Gharbi. Hommage à Mahdia avec « Mahdia, ville éternelle » de Naceur Kasraoui, documentaire consacré à cette ville du Sahel tunisien, réalisé en 2014, à partir de 16h00. Une rediffusion de «Jadis Kerkouane» aura lieu par la suite. Clin d’œil à l’œuvre de Bouchnaq, dont l’œuvre «Papillon d’or» a été sélectionnée en compétition officielle cette année, lors des JCC de 2021. Le mardi 26 octobre, place à «Rojo» de Benjamin Naishat, une fiction argentine de 2017, d’une durée de 109 minutes . « La Noce » de Fadhel Jaïbi et de Fadhel Jaziri, classique tunisien de 1978, sera projeté en 35 minutes  en guise de clôture de ce cycle.

Une programmation distinguée, voire recherchée, avant l’immersion annuelle attendue des JCC 2021, prévue cette année du 30 octobre au 6 novembre 2021.

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire