En alignant un deuxième succès de rang, l’UST annonce la couleur et confirme sa bonne santé.


Avec deux victoires en deux matches et six points au compteur, les hommes de Mohamed Ali Maâlej et leurs fans sont aujourd’hui aux anges tellement ils pensaient à tout avant le coup d’envoi du championnat sauf à faire le plein de points dès le départ, du fait que le calendrier a mis sur leur route deux adversaires de qualité, pas faciles à manier et à vaincre. Le CAB d’abord, qui sait bien voyager et qui a toujours été un redoutable adversaire pour eux. Et bien qu’ils aient été surpris par un but contre le cours du jeu, les coéquipiers de Chiheb Salhi n’ont pas subi l’effet de cette douche froide et ont réussi à renverser la tendance, égalisant d’abord par Chiheb Zoghlami qui n’a rien perdu de sa qualité d’attaquant opportuniste toujours présent au bon endroit et au bon moment, puis prenant l’avantage par la bonne surprise de cette saison Moemen Rahmani.

La remontada

Ce fut donc une petite remontada qui en dit long sur l’état d’esprit conquérant qui anime l’UST version Maâlej. Après avoir encaissé un but, un handicap pas facile à remonter face à des Hammam-lifois qui ne font pas généralement de cadeaux aux équipes qui optent pour le jeu ouvert et leur assènent aisément le coup de grâce au moment où ils cherchent à refaire leur handicap, les Tataouinis parviennent à réagir rapidement par un but égalisateur de Sheikh Waly, une belle trouvaille en matière de recrutement de joueurs de nationalité étrangère, puis par prendre le dessus à 6 minutes de la fin par Houssem Louati. Les Verts, assommés et abasourdis, n’y ont vu que du feu après cette remontée incroyable de leur adversaire du jour qu’ils croyaient pouvoir museler sans difficultés, surtout après l’ouverture du score. Deux beaux succès, assurés pratiquement de la même manière, ce n’est pas assurément du hasard pur. C’est autant mérité que révélateur. Après les remous de la phase de préparation, le départ et le retour du coach Maâlej, on a eu peur pour cette UST qu’on pensait à la dérive. Le fait de s’être ressaisie très vite en offrant une meilleure mine lors du tournoi organisé par l’USBG voisine, en mémoire du regretté Lotfi Sebti et en remportant cette Coupe symbolique, l’a remise sur les bons rails et lui a donné des ailes. Ce bon départ est donc le résultat et la consécration de ce renouveau fruit lui aussi du beau travail qu’est en train de réaliser un Mohamed Ali Maâlej rejeté au départ pour des raisons pas très objectives avant d’être remis à sa place avec plus de prérogatives et avec pratiquement carte blanche. Il est tout à fait normal, qu’après ces deux succès prometteurs et au-delà de toutes les espérances, cet entraîneur sous-estimé auparavant savoure sa petite revanche…

Charger plus d'articles
Charger plus par Hédi JENNY
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire