Les exploitants agricoles craignent de nouvelles perturbations dans la distribution des engrais


Après la hausse du prix des engrais, les déboires des agriculteurs n’en finissent plus. Le démarrage, la semaine dernière, du semis des grandes cultures ne s’est pas déroulé comme prévu. Alors qu’il y aurait dû y avoir un épandage d’engrais, une étape indispensable pour améliorer le rendement des grandes cultures  qui est garant du bon déroulement de la campagne agricole, les agriculteurs  ont été privés de cette denrée précieuse. Trois principaux engrais sont utilisés au cours des différents stades : le phosphate utilisé avant le démarrage de la campagne pour amender la terre, l’ammonitrate qui est un apport azoté et qui est utilisé en cours de campagne en particulier pour le blé et l’avoine et  le DAP qui est un mélange des deux et qui est utilisé en début de campagne.

Ils sont essentiellement fabriqués par la Compagnie des phosphates de Gafsa et le Groupe chimique tunisien (GCT). Or, une perturbation dans la distribution des engrais fabriqués par le GCT a été observée depuis le début de la campagne agricole, due principalement  à la grève  qui a été observée par les agents du GCT qui ont réclamé l’augmentation de la prime de productivité. Ces derniers ont repris leur activité après qu’un accord a été finalement trouvé avec  la CGT. Ce retour à la normale ne semble, pourtant, pas rassurer complètement les agriculteurs qui craignent que les agents n’entrent à nouveau en grève, ce qui entraînerait une énième pénurie des engrais représentant une menace pour la campagne agricole.

Il faut s’attendre encore une fois à une  année pleine de soucis et de stress pour les exploitants agricoles,  dès lors que chaque année, le même scénario se répète.

Charger plus d'articles
Charger plus par Imen Haouari
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire