Sébastien Tounekti, jeune footballeur qui a du talent et un beau toucher de balle, vit très mal son aventure en sélection. Ce n’est pas une impression, c’est un fait.


Ignoré par Mondher Kebaïer pratiquement dans tous les matches, ce jeune, qui évolue en Norvège, se trouve à l’écart même dans le groupe des internationaux. Le «clan» des joueurs influents comme Sassi, Khazri, M’sakni, Meriah et Maâloul n’a pas adopté (n’a pas accepté) Tounekti dont le père a révélé sur une radio des choses sérieuses et blessantes si cela s’avère vrai. Les coulisses, on n’a pas les moyens de voir ce qui s’y «trame». Mais sur le terrain, on voit bien que ce joueur est ignoré  et subit un mauvais traitement. Il ne joue pas du tout (une seule fois, il a été utilisé pour une dizaine de minutes), et à chaque occasion, il est convoqué. Un long voyage, de l’envie et du bonheur qui «flétrissent», une fois débarqué en sélection et confronté à Kebaïer.

Si on n’a pas besoin d’un joueur, pourquoi le rappeler pour l’ignorer, voire l’humilier? Ce n’est pas comme cela qu’on  prépare l’avenir de la sélection. Cela ne veut pas dire que Tounekti doit jouer à tous les coups, cela  entre dans les prérogatives du sélectionneur. Mais on sait aussi qu’il y a une manière d’intégrer et de motiver un jeune joueur. Kebaïer ne sait pas communiquer et fait la politique des deux poids deux mesures en donnant un statut spécial à quelques joueurs et ignorant d’autres. Tounekti est en état d’exaspération non seulement parce qu’il ne joue pas du tout, mais parce qu’il est maltraité, et c’est cela qui intrigue. Finalement, un sélectionneur averti peut utiliser 25 joueurs, voire plus, via une rotation intelligente. Il peut opérer autrement en donnant de la valeur à tous ses joueurs, en les respectant. Peut-être que le cas de Tounekti, qui a enduré pendant tout ce temps ce «blackout» de Kebaïer à son égard, explique en partie pourquoi Rekik et Mejbri se sont déjà lassés en sélection et pourquoi ils ne sont plus enthousiastes comme à leur arrivée. Une chose est sûre, Tounekti est en passe de fuir la sélection. Ce ne sera pas de sa faute dans ce cas. On ne veut pas de lui, on ne lui a pas dit cela texto. Kebaïer et ses adjoints (un simple décor) ont leurs joueurs préférés et «choyés» !

Charger plus d'articles
Charger plus par Rafik EL HERGUEM
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire