Alger ouLa visite d’Etat qu’a effectuée le Président algérien Abdelmajid Tebboune  à Tunis les 15 et 16 décembre dernier est venue couronner deux années de coopération et de solidarité active dans une conjoncture difficile qui n’a épargné ni la Tunisie, ni l’Algérie. Le souci est désormais commun. Le président algérien a mis en avant le souci de son pays et de la Tunisie de «relancer la coopération bilatérale dans différents domaines», en vue de parvenir à «une intégration économique et à des perspectives unifiées, unies et communes».

Cette visite vient à point nommé  «consolider aussi le cadre juridique régissant les relations bilatérales inscrit dans le cadre d’une nouvelle vision », et ce,  à travers  la signature de 27 conventions, mémorandums et protocoles de coopération touchant presque tous les domaines de coopération économique.

A travers ces accords, les deux pays visent « une intégration économique qui permette aux deux peuples de vivre dans la prospérité », et œuvre conjointement à l’esquisse d’une «nouvelle orientation stratégique qu’ils comptent donner à leur relation ». C’est ce qui ressort de la « Déclaration de Carthage » qui confirme la convergence de vues des deux Présidents quant à la nécessité de concevoir une «nouvelle approche de coopération, à même d’asseoir de nouvelles bases de partenariat bilatéral et de relancer les relations économiques et commerciales».

D’après les indicateurs, en 2020, les exportations algériennes hors hydrocarbures vers la Tunisie ont atteint un niveau de 1,032 milliard de dollars et les importations étaient de l’ordre de 228,20 millions de dollars. Une dynamique à développer davantage car le partage des frontières terrestres rend faciles les échanges commerciaux qui reviennent à moindre coût pour l’économie nationale des deux pays.

Egalement, sur le plan énergétique, l’Algérie, qui exporte son gaz vers l’Italie via le gazoduc TransMed traversant le sol tunisien, a beaucoup à gagner avec un voisin respectueux des liens de fraternité partagée avec les peuples de la région. A travers l’accord liant les deux pays sur ce plan, la Tunisie bénéficie d’un volume à hauteur de 3,8 milliards de mètres cubes d’approvisionnement en gaz algérien comme droit de passage par son territoire du TransMed. Un accord qui permet à la Tunisie de faire une économie de plus de 173 millions de dollars.

Charger plus d'articles
Charger plus par Najoua Hizaoui
Charger plus dans Supplément Economique

Laisser un commentaire