Cette 7e édition de Tunis Forum sera axée autour de trois panels dont l’objectif sera de, prime abord, faire un état des lieux du climat politique dans la région et ses impacts sur la Tunisie et identifier ainsi les risques sécuritaires et politiques à gérer.
Le deuxième panel mettra l’accent sur les risques d’ordre économique. Le troisième panel se focalisera sur les mécanismes de convergences économiques à mettre en place avec l’Algérie et la Libye pour une meilleure intégration régionale.
Il s’agit, en effet, d’analyser l’impact de l’instabilité de la situation dans les deux pays voisins sur notre sécurité, ainsi «que les externalités négatives de cette situation qui pourraient affecter les décisions des investisseurs ou des touristes».

Processus de stabilisation
Le premier panel sera consacré à un débat approfondi sur l’instabilité politique des deux pays voisins et sur la stratégie émise par la Tunisie concernant l’intégration régionale. A cet effet, les experts soulèveront la question du sort de nos échanges commerciaux, «sachant que nos échanges avec la Libye seront aux alentours de trois milliards de dollars en 2020». Ils débattront également du rôle que devront jouer nos décideurs publics et du secteur privé dans le processus de stabilisation de la situation dans les deux pays voisins.
S’agissant du deuxième panel, il traitera de la vision concernant l’impact de l’instabilité économique de la région sur ses activités. Le débat sera focalisé sur l’analyse des éventuels risques économiques découlant de cette situation, à savoir la fragilité des systèmes monétaires des pays voisins, l’inflation, le problème des flux de contrebande qui va se creuser plus aussi bien avec l’Algérie qu’avec la Libye et la multiplication des marchés parallèles de devises, la stratégie à adopter en matière de ciblage de ces problèmes pour établir une politique économique nationale.

Pratiques bancaires
Des mécanismes seront ainsi identifiés lors des assises du troisième panel, afin d’éviter ces risques et freiner les répercussions contraignantes sur la région. Des outils doivent être mis en place, aussi, en faveur d’une convergence économique basée essentiellement sur un système financier adéquat pour les trois pays.
Ce troisième panel, intitulé «la stabilité monétaire: contagion de l’inflation et de la dépréciation de la monnaie», réunira les représentants des banques centrales des trois pays pour «identifier un processus de convergence adéquat favorable au redressement et à la restructuration de la région et permettra de saisir les opportunités économiques. En effet, l’hétérogénéité des pratiques bancaires (marché monétaire, marché des changes, marché des devises), la maîtrise des techniques bancaires (techniques de couverture contre les risques des marchés) et d’ingénierie financière, ne sont pas favorables à une intégration économique forte». L’objectif étant d’esquisser les contours d’une stratégie à mettre en place afin de renforcer la coopération entre les trois banques centrales.
Il est à noter que la Tunisie « a souffert d’élaborer la dernière crise en Libye, selon la Banque mondiale, cette crise aurait provoqué une baisse de 1 point de la croissance en Tunisie sur la période 2011-2015». En outre, «l’instabilité affecte aujourd’hui tout le voisinage: un changement de régime en Algérie et un conflit armé en Libye. Ces deux voisins sont les deuxièmes partenaires commerciaux (en termes d’exportation) de la Tunisie après l’Union européenne et leur stabilité est un enjeu crucial pour notre situation économique fragilisée par l’instabilité politique interne».

N. Hizaoui   (Source: IACE)

Charger plus d'articles
Charger plus par Najoua Hizaoui
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire