De nombreuses personnes sans emploi depuis une longue période se tournent vers la manne financière procurée par les jeux en ligne pour se faire de l’argent rapidement et sans suer. Si des gains sont parfois occasionnés, les pertes sont parfois incalculables…

On ne présente plus le «phénomène» des paris sportifs en ligne, qui se développe à vitesse grand V, depuis 2018 en Tunisie.

Mais il ne faut pas s’en réjouir, parce que tout le monde ne gagne pas, forcément. Pis encore. Le succès des paris en ligne avec le boom de la technologie Internet est surtout le signe du marasme socio-économique dans lequel le pays est plongé depuis de longues années, la crise sanitaire du covid-19 aidant.

Le nombre de chômeurs augmente statistiquement, à vue d’œil aussi, au regard de la fréquentation des cafés et des points de vente de jeux. Ce marché devient lucratif, notamment pour le propriétaire d’un site de paris en ligne. Mais ces chômeurs, qui rechignent au travail et qui préfèrent l’argent facile des jeux de hasard et particulièrement ceux liés aux événements sportifs, sont dans une mauvaise posture. On ne peut passer son temps continuellement à miser sur sa bonne étoile au lieu de se rendre utile à la société tunisienne dans un travail de quelque nature qu’il soit. De nombreux jeunes tunisiens étudiants ou jeunes diplômés font fi de ces règles de bienséance et s’adonnent en groupe ou individuellement à se faire une petite fortune. Mais ce n’est pas toujours le cas dans ces jeux, qui demandent une participation responsable, parce que les pertes peuvent se chiffrer à coups de centaines de dinars, si l’on ne contrôle pas son argent.

Appât du gain facile

Les sites de paris en ligne n’hésitent pas à montrer les heureux gagnants chaque semaine, photos à l’appui, de sommes astronomiques pour le Tunisien moyen avec des montants de gains qui s’élèvent à 40.000 dinars pour une mise de moins de dix dinars au jeu de la roulette, de milliers de dinars aux paris sportifs. Médusés, les gens veulent participer à ce genre de circuits et font augmenter la demande en parallèle avec l’offre abondante sur le marché.

Le pouvoir d’achat du Tunisien est en dégringolade, et c’est une occasion idoine pour certaines personnes de se faire de l’argent sans rendre de compte à personne… ou presque. A côté de cela, sur les réseaux sociaux, des influenceurs et des pronostiqueurs spécialisés proposent des combines de pronostics sur plusieurs matches avec des codes à activer sur le site de paris en ligne en misant le montant de son choix. C’est dire à quel point sur la toile, tout est mis en œuvre pour inciter les parieurs à jouer davantage sans mesurer les pertes d’argent qui en découlent très souvent, notamment pour les paris qui échouent malgré les supposées certitudes.

Les points de vente, qui proposent le recours aux jeux en ligne sur place, sont légion dans tous les quartiers et ruelles de la République, du Nord au Sud. Le parieur s’inscrit facilement et, en deux minutes chrono, il peut commencer à jouer illico presto, moyennant une taxe de 20% sur chaque dépôt. Cet accès facile aux espaces de jeux n’encourage pas les jeunes à opter pour la recherche d’un emploi stable et rémunéré.

D’ailleurs, on ne compte plus les bons électroniques dans les supermarchés et grandes surfaces, qui incluent les services de dépôt d’argent pour les jeux en ligne. Tout est fait pour soutirer de l’argent aux personnes crédules, même si elles peuvent gagner des jackpots, soit de grandes sommes d’argent pour les plus chanceuses d’entre elles. A quand le remède ?

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Salem Kechiche
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire