Une question s’est posée avec insistance et à laquelle il  urge de répondre avec le maximum de clarté et de transparence:  les  médias nationaux, notamment audiovisuels, ont-ils réussi à accompagner avec le professionnalisme requis les  deux grands événements qui ont marqué ces derniers jours la mise en  résidence surveillée du vice-président d’Ennahdha Noureddine Bhiri et la décision du parquet de faire comparaître devant la justice 19 personnes pour délits électoraux commis lors de la campagne pour les élections présidentielle et législatives de fin 2019 ?

Pour être plus clair, voilà près de 10 jours que les médias nationaux ainsi que les réseaux sociaux, principalement Facebook, traitent quotidiennement  des  deux  affaires, font parler tous les experts qui circulent dans  la  cité et  ceux aussi qui n’ont jamais parlé, proposent les lectures les plus controversées de ce qui s’est passé et introduisent ou livrent, en  toute assurance, des données et des informations dont  ne disposent pas les  services de  renseignements les plus informés dans  le  monde.

Malheureusement, face à ce cafouillage médiatique sans précédent et face à cette inflation informationnelle, les Tunisiens restent toujours sur leur faim, considèrent que leur presse, tous médias confondus, ont de nouveau raté le coche en laissant planer le doute et en cultivant la division, évitant de recourir à la méthode la plus classique, celle consistant à informer l’opinion publique le plus clairement et le plus simplement du monde en usant d’un langage simple et à la portée du plus grand nombre possible de citoyens et aussi et surtout en tournant le dos aux analyses savantes, aux interventions complexes et compliquées de certains juristes qui excellent dans l’art de brouiller toutes les pistes et de maintenir ceux qui suivent ce genre d’affaires dans une position d’otages suspendus à ce qu’ils professent, à tort ou à raison, et obligés de répandre ce qu’ils entendent  comme étant des vérités scientifiques ou, dans le cas actuel, comme des preuves juridiques accablantes.

Il reste à se demander ce que pouvaient entreprendre nos médias face à ce phénomène qui n’a pas épargné même les journalistes connus pour leur professionnalisme et leur capacité à sentir les pièges et à s’opposer à l’instrumentalisation.

Loin de nous de prétendre détenir la réponse ou oser donner des leçons à quiconque. Toutefois, il est de notre devoir et du devoir de tous, estimons-nous, de nous poser la question.

  • Le courant ne passe plus

    Alors que l’année 2022 continue avec son lot d’incertitudes, d’événements et de rebondisse…
  • Cacophonie médiatique

    Face à la cacophonie qui caractérise le paysage médiatique national actuel faisant en sort…
  • Un référendum et des couacs

    DES voix s’élèvent de part et d’autre pour contester l’organisation d’un référendum sur le…
Charger plus d'articles
Charger plus par Abdelkrim DERMECH
  • Le courant ne passe plus

    Alors que l’année 2022 continue avec son lot d’incertitudes, d’événements et de rebondisse…
  • Cacophonie médiatique

    Face à la cacophonie qui caractérise le paysage médiatique national actuel faisant en sort…
  • Un référendum et des couacs

    DES voix s’élèvent de part et d’autre pour contester l’organisation d’un référendum sur le…
Charger plus dans Editorial

Un commentaire

  1. BRAHIM

    08/01/2022 à 21:13

    C’est tout à fait juste ce que vous dites après avoir lu et entendu ici ou là tout et son contraire à propos des dernières informations que vous citez. Mais la faute à qui ? N’est – ce pas aux sources qui distillent ces informations en vrac sur la place publique laissant les citoyens perplexes. Ce phénomène prend de l’ampleur par la maladresse (en fait organisée) par le pouvoir et en particulier la Présidence de la République. Malheureusement, cela va continuer en s’amplifiant !

    Répondre

Laisser un commentaire