La réaction d’un joueur très moyen pour ne pas dire «petit» comme Hamza Mathlouthi, après son premier but, en dit beaucoup sur l’état d’esprit non seulement du joueur, mais de la sélection en tant qu’entité. Même «l’euphorie» exagérée, l’excitation, l’éxubérance de Mondher Kebaïer résument cette manière de raisonner, d’agir tels des enfants qui prennent leur «revanche» à la première occasion de ceux qui, à leurs yeux, les ont «humiliés». Ce que Hamza Mathlouthi a adressé comme messages aux téléspectateurs-supporters de l’équipe nationale est bas, vulgaire et pas du tout digne d’un adulte.

C’est si immature et prouve que Mathlouthi, Ben Slimène (qui nous casse la tête après chaque but marqué et une célébration nerveuse comme si tout le monde l’attendait au tournant), Kebaïer, lui-même, ont énormément de pression, de peur, d’énergie négative et de tension qu’ils extériorisent d’une façon déchaînée et provocante en heurtant le public-récepteur. Ce n’est pas intelligent, ce n’est pas sobre et c’est, au contraire, très mauvais comme image transmise. Ce qui se passe après les victoires et après les buts de la sélection dit aussi qu’on n’a pas encore acquis le savoir-vivre des grandes sélections.

Les tensions  existent partout en football. Mais il y a des réactions dignes, intelligentes, étudiées à la différence de celles émotives, irrespectueuses et laides. En équipe nationale, on n’a pas de respect pour les autres, on ne valorise pas les parties prenantes tels les journalistes. Dans l’une des séances d’entraînement à Limbé, avec comme d’habitude ces 15’ pour que ces médias puissent faire un peu leur boulot, ce jour-là, le sélectionneur national a interdit aux joueurs de donner des déclarations, et puis après 15’ exactement (la ponctualité SVP!), eh bien le responsable médias de la sélection (dépassé par les événements et qui ne fait qu’agacer ses collègues par ses agissements) siffle (oui, il avait un sifflet!) pour inviter ses collègues à quitter le terrain comme étant des gens indésirables! C’est fou ce que cette sélection a comme mauvaise mine et c’est indigne ce que son staff fait exprès ou pas envers les autres. Gagner la Mauritanie, la sélection la plus faible de l’Afrique en ce moment, n’est pas un exploit! Nous sommes encore 3es du groupe. Il faudra garder cette «haine» et ce cœur chargé d’envie pour les prochains matches et les prochains adversaires.

On se demande si ces joueurs sont bien préparés mentalement, car ce sont des réactions superficielles et qui traduisent beaucoup de perplexité et d’immaturité. Le mental  de maints joueurs tunisiens reste loin du haut niveau. Dommage que, dans ce domaine, on est très en retard. La préparation mentale dans les sélections de grande envergure ne se fait pas sur les réseaux sociaux ou dans des déclarations médiatiques pour promouvoir l’image d’un joueur. Le résultat, ce sont les réactions enfantines et agaçantes, telle celle de Mathlouthi!

Charger plus d'articles
Charger plus par Rafik EL HERGUEM
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire