Ce soir contre la Gambie, il ne faut pas jouer pour autre chose que la victoire. Les calculs et tout le reste importent peu !

Au moment où nous mettions sous presse, personne ne connaissait à peu près la formation que Mondher Kebaïer va aligner ce soir face à la Gambie pour le compte de la troisième et dernière journée du tour des poules de la CAN. Encore moins aujourd’hui car la délégation tunisienne a été frappée de plein fouet par le covid.

On croit savoir qu’à la liste déjà longue des joueurs contaminés, à savoir Bronn, Haddadi, Touzghar et Issam Jebali, viennent s’ajouter les noms de Dahmen, Jmel, Ben Hmida, Maâloul, Chaâlali, Ben Romdhane et Khazri. Même si Draguer est le seul à s’être rétabli. Donc un peu moins de la moitié de l’effectif se trouvant au Cameroun est indisponible.

Pourvu que les dégâts se limiteront à cette liste déjà trop longue pour permettre d’aligner une équipe aux arguments solides dans cette ultime étape du premier tour.

Déjà en perdant Khazri, Chaâlali et Maâloul qui ont fait un grand match contre la Mauritanie, les choses se sont bien compliquées pour le timonier national.

Heureusement que, parmi les autres membres de l’effectif, les alternatives de rechange ne manquent pas vraiment.

Kebaïer va donc composer avec les moyens du bord pour présenter une équipe homogène et capable de relever le défi qui consiste en la victoire si l’on aspire vraiment à terminer à la deuxième place derrière le Mali au cas où ce dernier parviendrait à gagner devant la Mauritanie, totalement démobilisée après ses deux défaites.

A ce propos, il est absurde de parler de la 3e place qualificative qui peut repêcher la Tunisie car cette situation n’honore pas la sélection outre mesure.

L’arme de la détermination

Tout à l’heure, seuls la détermination, le surpassement de soi et l’application tactique peuvent tirer d’affaire le onze national. Ce sont ces ingrédients fondamentaux qui ont été présents face à la Mauritanie pour être à l’origine du score large réalisé (4-0). Et pour prouver que cet exploit ne s’explique pas uniquement par la faiblesse criarde de la Mauritanie, les «Aigles de Carthage» se doivent de prouver le contraire contre la Gambie qui compte quatre points bien mérités. D’ailleurs, c’est la première fois que cette dernière se qualifie à la phase finale de la CAN.

Il semble, en plus, que le travail entrepris par le coach belge, Tom Sainfiet, avec le groupe gambien qu’il a sélectionné, fait ses preuves sur le plan collectif. Et du coup, on est loin de penser que la tâche va être de tout repos tout à l’heure face à ce «novice» qui pourrait s’avérer intraitable. D’autant plus que la Tunisie a souvent déçu  contre  des adversaires beaucoup moins imposants qu’elle.

D’ailleurs, les bonnes individualités ne manquent pas dans l’effectif gambien à l’image du milieu de terrain offensif M.Barrow et le latéral gauche I.Touray qui animent parfaitement le flanc gauche de leur équipe. Et quand on sait que la Gambie opte pour un jeu «fermé» avec son 5-4-1 et compte énormément sur sa vélocité dans la construction des contre-attaques, il va falloir que Kebaïer renforce son milieu tout en misant sur des joueurs incisifs comme Majebri, Jaziri et Khaoui. A ce dernier, il faudrait donner une nouvelle chance.

Charger plus d'articles
Charger plus par Amor Baccar
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire