Du pain sur la planche pour Youssef Kortobi et ses lieutenants.

Mieux vaut tard que jamais : après plus de deux semaines de retard, le ministère de la Jeunesse et des Sports a finalement brisé le silence, en rendant publique la composition du comité de gestion provisoire, appelé à combler le vide laissé par le bureau fédéral sortant qui n’a plus droit de cité depuis le 31 décembre dernier, c’est-à-dire depuis la démission controversée et inattendue de Mourad Mestiri à une… semaine des élections auxquelles il allait, pourtant, se présenter à la tête d’une liste !

Que de défis à relever 

Le comité de gestion provisoire est donc aux commandes de la fédération dès son intronisation, mercredi. Conduit par Youssef Kortobi, qui est à créditer d’un beau parcours handballistique aussi bien comme ex-joueur et responsable de club qu’en tant qu’ancien patron de la Fthb, ledit comité, fort des compétences nationales qui le composent, est normalement chargé d’assurer l’intérim pendant trois mois. Or, selon les lois en vigueur, la tutelle pourra, en cas de nécessité, en prolonger le mandat jusqu’à l’achèvement de sa mission. Et c’est ce qui risque, à notre avis, de se produire, eu égard aux nombreux défis qui l’attendent. Ceux-ci vont de la gestion des affaires courantes à l’assainissement d’une situation financière assez critique, en passant par la révision de certains articles des règlements généraux, ainsi que la préparation et l’organisation des prochaines élections de la fédération. Tout un chantier ardu, pour ne pas dire un champ miné dans lequel gare aux faux pas et pas question de trébucher au premier virage. Certains alarmistes sont même allés jusqu’à parler d’un… cadeau empoisonné qu’on a offert aux nouveaux locataires du QG de Mutuelleville. Si l’héritage est lourd au vu de la crise multidimensionnelle dans laquelle est englué le pays, il n’en demeure pas moins vrai que M. Kortobi et ses fidèles lieutenants n’ont pas accepté l’offre ministérielle pour seulement faire partie du décor et redorer leur blason. Non, car nous sommes persuadés qu’ils sauront relever les défis. En effet, outre le président, meneur d’hommes, Samir Bouaouina, Nadhir Rebai, Majdi Hassen, Nahla Boudhina et Lilia Fourati, qui lui tiendront compagnie, ne sont étrangers à notre handball qu’ils ont servi par le passé à plusieurs niveaux. Bref, une équipe à fière allure qui sera, plus tard, jugée par son comportement, ses gestes et son bilan. Faisons-lui alors confiance.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohsen ZRIBI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire