L’expérimenté capitaine Youssef Msakni, qui dispute sa 7e CAN, a expédié la Tunisie aux quarts de finale grâce à un joli but. Il a été magnifique comme tous ses camarades. Prochain rendez-vous samedi (20h00) face au Burkina Faso.

Stade Roumdé Adjia. La Tunisie bat le Nigeria : 1-0. (0-0 à la mi-temps). But de Youssef Msakni (47’). Arbitrage du Sénégalais Maguette Ndiaye.
Tunisie : Ben Said, Dräger, Ifa, Talbi, Haddadi, Skhiri, Laidouni, Ben Slimane (Rekik 90’+4), Msakni (Khazri 86’), Rafia (Sliti 69’) et Jaziri (Jebali 86’).
Nigeria : Okoye, Aina, Omeruo, Ekong, Zaidu, Ndidi, Aribo (Musa 88’), Iheanacho (Iwobi 60’), Simon, Chukwueze (Umar 75’) et Awoniyi (Olayinka 60).
Expulsion : Alex Iwobi (66’).

Le miracle a bien eu lieu et l’équipe de Tunisie qu’on attendait au tournant a arrêté hier le tout puissant Nigeria, méconnaissable. Un Nigeria complètement à l’arrêt qui a eu un mal fou à déverrouiller une défense tunisienne bien en jambes et qui a brillé surtout par sa solidarité à l’image de toute l’équipe, du reste.

Une équipe de Tunisie qui a bien entamé la partie, alors que certains observateurs s’attendaient à ce qu’elle soit malmenée par le tout puissant Nigeria. Par ailleurs, les Nigérians, qui ont brillé durant le premier tour, se permettant de marquer dès le premier acte, ont eu du mal hier en première mi-temps à déverrouiller une solide défense tunisienne. En effet, la vigilance et la solidarité défensive ont ponctué le jeu des nôtres durant la première période de jeu. Une période initiale qui a connu tout de même un premier quart d’heure plus intense. La première occasion du match était tunisienne : suite à un joli débordement, Talbi reprit la balle, mais elle fut repoussée par la défense adverse (9’). La réaction nigériane ne s’est pas fait attendre et Aribo de tirer dans le petit filet (11’).

On croyait les deux protagonistes bien partis pour jouer l’attaque à outrance. Rien de tel! Le jeu est resté concentré la plupart du temps dans le milieu du terrain. Une première mi-temps plutôt fermée durant laquelle la Tunisie a imposé un faux rythme au Nigeria. Pas de grosses occasions de la part des Nigérians, ni des Tunisiens du reste pour la suite des débats du premier acte. Et les deux protagonistes de rejoindre les vestiaires à la mi-temps sur un nul vierge.   

Vite fait, bien fait !

Après la pause, nous étions curieux de voir l’attitude des nôtres. Allaient-ils continuer à gérer le jeu de l’adversaire ou imposer le leur ? Nous n’avons pas attendu longtemps pour le savoir. A peine deux minutes après la reprise du jeu et suite à un contre rapide, Mohamed Dräger sert Youssef Msakni qui prend le temps de faire une feinte, efface un défenseur avant d’adresser un tir puissant et cadré qui ne laissa aucune chance au portier nigérian Okoye (47’). Un joli but émanant d’un magnifique Youssef Msakni qui a laissé parler son expérience, lui qui dispute sa 7e CAN.

Un but vite fait, bien fait du reste, qui tua le match dès l’entame de la seconde période de jeu. Le sélectionneur nigérian a beau opérer des changements. En vain. La défense tunisienne est restée vigilante. De quoi faire cogiter les Nigérians incapables de trouver la faille. Et comme un malheur n’arrive jamais seul, Alex Iwobi s’est fait expulser six minutes à peine après son entrée et ce, après avoir fauché Msakni (66’). Une expulsion venue compliquer la tâche des Nigérians et, par là même, faciliter celle des nôtres.

Jalel Kadri pouvait dès lors opérer des changements à son tour en faisant appel aux services de l’expérimenté Naïm Sliti, entré à la place de Hamza Rafia à vingt minutes de la fin du temps réglementaire. Les autres changements suivront et apporteront de la fraîcheur physique, ce qui a compliqué davantage la tâche des Nigérians amoindris.

Jusqu’à la fin, notamment durant les cinq minutes du temps additionnel, l’équipe de Tunisie, bien organisée et exemplaire en termes d’application tactique, a su arrêter la meilleure sélection du premier tour et se qualifier avec beaucoup de réalisme et d’aisance aussi aux quarts de finale. Nous l’avions prédit hier : tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir ! Le miracle a bien eu lieu et la Tunisie a livré son meilleur match depuis le début du tournoi. Rendez-vous samedi à 20h00 pour le quart de finale avec pour adversaire le Burkina Faso. Un rendez-vous à ne pas manquer! Avec ce qu’elle a démontré, hier, l’équipe de Tunisie est en mesure d’aller très loin dans cette CAN.

crédit photo : © Mokhtar HMIMA
Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire