Le cimetière du Djellaz de Tunis souffre d’un terrible manque d’entretien. La plupart des tombes, abîmées et dont la peinture s’est écaillée, sont envahies par les herbes sauvages, alors qu’on devrait voir des fleurs les orner. Il est vrai que certaines familles tâchent de prendre soin des pierres tombales de leurs proches en chargeant une personne pour leur entretien, mais ce rôle revient en premier à la municipalité qui devrait veiller à l’entretien et à la sécurité dans ce cimetière devenu un refuge pour les SDF et les délinquants.

Charger plus d'articles
Charger plus par Imen Haouari
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire