La différence entre les gens recèle une force incroyable et l’aptitude à cultiver la diversité devient une compétence de plus en plus cruciale. La diversité croissante des gens, qui travaillent dans des entreprises de toutes sortes, induit une conscience plus aiguë des distorsions que stéréotypes et préjugés entraînent dans les relations professionnelles. Les meilleurs chefs d’entreprise se distinguent par une compréhension lucide de leurs collaborateurs dans laquelle les préjugés n’ont pas leur place.

Nous avons souvent des difficultés à décoder les signaux émotionnels subtils et tacites de ceux qui appartiennent à des groupes très différents du nôtre. Un échec de l’empathie peut générer un malaise et une distance émotionnelle qui vont nous inciter à considérer l’autre à travers les stéréotypes collectifs au lieu de l’envisager comme un individu. Il est important d’utiliser cette diversité pour accroître l’efficacité des entreprises, il faut apprendre à exploiter la diversité pour optimiser les performances collectives.

La capacité d’exploiter la diversité repose sur trois aptitudes :

Une bonne qualité d’entente avec des personnes différentes

Une reconnaissance de la singularité du fonctionnement d’autrui

La capacité de saisir les opportunités que ces rapports singuliers peuvent susciter.

Cette exploitation de la diversité peut faire bénéficier l’entreprise d’une meilleure rentabilité, un progrès de la capacité collective d’apprentissage, une souplesse plus grande et une adaptation rapide aux transformations des marchés. Quand les chefs d’entreprise prennent au sérieux la variété de points de vue qu’apportent des personnalités de profils et d’origines diverses dans la vie professionnelle, ils saisissent l’occasion de faire progresser collectivement leurs équipes, et renforcent significativement la compétitivité de leur entreprise.

Un bon chef d’entreprise montre à ses collaborateurs qu’il les apprécie, mais il les soumet à une critique nourrie et constructive sur la qualité de leur travail. Vous ne rendez pas service aux membres de votre équipe, ou vos collaborateurs, si vous n’évaluez pas leurs performances correctement. Il faut leur expliquer sur quels points ils doivent progresser.

Un chef d’entreprise efficace fournit des informations précises sur ce qui cloche et la façon de le corriger en se montrant optimiste sur la capacité de son interlocuteur à s’améliorer. Les meilleurs professionnels demandent qu’on critique leur travail. Ils veulent savoir quelle perception les autres ont d’eux, car ils savent à quels points cette information est précieuse.

Une empathie modérée peut traduire une certaine sagesse, de même, ne se servir que de sa tête en oubliant son cœur, c’est risquer de prendre des décisions qui se retourneront contre leur auteur. Les entreprises qui procèdent à de brutales réductions d’effectifs et découvrent après coup que les collaborateurs qui restent sont dégoûtés et ont perdu toute confiance dans leurs dirigeants. Il ne suffit pas d’être doué d’un certain potentiel d’empathie, encore faut-il vouloir comprendre les autres.

La direction moderne de l’entreprise suppose une bonne aptitude empathique et le style autoritaire donne des résultats de moins en moins  brillants qu’autrefois.

Brahim NABLI
Coach Professionnel – Expert en communication

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire