Le contingent de près d’un million et demi d’émigrés tunisiens en Europe doit pouvoir bénéficier de meilleures conditions de séjour et traitement dans leur « pays d’attache » au cours de la période estivale à venir. Pour ceux qui se décideraient à venir malgré de nombreux aléas, il s’agit de rompre avec les situations de tension embarrassantes pour les voyageurs entrevues par le passé. Beaucoup reste à faire au regard des décideurs et des voyageurs…

Les  problèmes récurrents de retour des Tunisiens à l’étranger entrevus ces dernières années ont conduit à des recommandations concrètes transmises de la part de certains acteurs institutionnels et parties prenantes aux autorités tunisiennes. En corollaire, l’Union générale tunisienne du travail a organisé, conjointement avec l’Union des travailleurs immigrés tunisiens (Utit), le premier symposium annuel sur «le retour des Tunisiens à l’étranger: Attentes et Enjeux» le mercredi dernier à l’hôtel El Mechtel à Tunis.

On annonce, d’ailleurs, une autre conférence prévue en pleine saison estivale le 31 juillet prochain afin d’établir un état des lieux. Le symposium riche en débats et déclarations nourries de bonne volonté pour « redresser la barre », a été inauguré par M.Bouali Mbarki, secrétaire général adjoint de l’Union générale tunisienne du travail, qui appelle à mieux considérer la réintégration des tunisiens de retour au pays : « Le Tunisien à l’étranger est un citoyen tunisien comme un autre».

M. Fathi Tlili, président de l’Union des travailleurs immigrés tunisiens, ainsi qu’une délégation de quinze membres représentant la communauté tunisienne en France ont relevé les difficultés rencontrées par les familles lors de leurs déplacements. 

Le contingent de près d’un million et demi d’émigrés tunisiens en Europe doit pouvoir bénéficier des meilleures conditions de séjour et traitement dans leur « pays d’attache » au cours de la période estivale à venir. Pour ceux qui se décideraient à venir malgré de nombreux aléas.

 On a interrogé quelques-uns d’entre eux pour connaître l’étendue du malaise qui se traduit chez une partie des Tunisiens qui veulent profiter de la famille et du soleil sans se ruiner. Par bateau, par voiture ou par avion, ils sont 700.000 voyageurs tunisiens concernés par le « petit retour » dans la mère patrie en été.

 Revoir les conditions de voyage et d’accueil

La volonté d’agir en pensant à l’intérêt des générations futures a émané chez de nombreux décideurs. Mme Mariem Chibani, syndicaliste à Paris et membre de l’Utit des tunisiens à l’étranger, l’a clairement exprimé lors de son allocution. Elle estime que cette seule conférence ne pourra pas résoudre tous les problèmes en un court laps de temps. Elle demande à ne pas affecter le patriotisme du Tunisien qui désire ardemment séjourner dans son pays natal au détriment des pays voisins comme le Portugal, l’Espagne ou l’Italie.

La cherté des tarifs auprès des compagnies nationales tunisiennes d’avion et de navigation avec Tunisair et la CTN découragent de nombreux vacanciers tunisiens qui préfèrent se rabattre sur d’autres destinations bien moins chères.

Notamment les étudiants tunisiens pour qui elle préconise une meilleure communication afin de les faire bénéficier d’éventuelles offres et tarifs promotionnels avantageux.

Elle demande également aux compagnies nationales à anticiper au mieux dans le temps la politique de réservations et d’octroi de billets et titres de voyages. Dans cette même logique, l’Union des travailleurs immigrés tunisiens (Utit) a appelé  à revoir à la baisse les tarifs des billets des voyages par voie aérienne et maritime pour les Tunisiens résidant à l’étranger afin d’assurer la réussite de la saison des retours au pays.

Le président de l’Utit, Fathi Tlili, a appelé les deux transporteurs nationaux (Tunisair et la CTN) à réduire leurs tarifs afin de permettre le retour au pays du plus grand nombre de Tunisiens à l’étranger. 

M.Hassen Laribi, président de l’Utit (France), a fait part du malaise rencontré au niveau de l’accueil des voyageurs tunisiens résidant en Europe lors de leur retour au bercail. Il révèle les désagréments qu’encourt le Tunisien résident à l’étranger de retour pour des vacances en Tunisie : « Dès qu’on descend de l’avion, on est accostés par la Douane tunisienne manuto-militari. Pas plus tard qu’hier en transitant de France où je réside vers Tunis, le douanier me demande hâtivement les raisons qui m’amènent dans mon pays. Il me reproche d’avoir quatre kilos supplémentaires de bagages alors que j’ai droit à une charge totale de vingt-trois kilos. J’ai subi un très mauvais traitement. Ma famille ne compte pas venir pour l’heure parce qu’on trouve de meilleures conditions dans d’autres pays».

M.Fathi Tlili d’ajouter :
« Le souhait du retour des Tunisiens résidant à l’étranger avec leurs enfants se heurte à la cherté des tarifs du transport », a-t-il regretté, estimant qu’une baisse de ces tarifs est de nature à booster le nombre des Tunisiens qui reviennent au pays, notamment parmi les émigrés de la deuxième et de la troisième générations.

Pour sa part le président-directeur-général de la compagnie aérienne Tunisair a indiqué que le transporteur national a affrété deux avions et procèdera à la location de deux autres appareils pour garantir la réussite de la saison des retours.

M.Elyes Mnakbi affirme que la compagnie aérienne a proposé des réductions de 30 à 40% au profit des Tunisiens à l’étranger. De son côté, le président-directeur-général de la CTN, Mohamed Hafedh Cherif, a rappelé qu’une programmation et une réservation à l’avance avec la CTN  permettent de bénéficier de réductions allant jusqu’à 40% des prix des billets des voyages maritimes.

Enfin, un tarif spécial destiné aux familles nécessiteuses à l’étranger sera accordé par la compagnie en concertation avec le ministère des Affaires sociales avec la mise en place de cinq cents billets gratuits. Mnakbi a, en outre, indiqué que ces réductions décidées sont « parmi les plus conséquentes en comparaison avec les autres compagnies aériennes, dans la mesure où elles ont été adoptées pendant la haute saison de la navigation aérienne ».

 On pourra saluer l’initiative de l’Ugtt pour son œuvre sociale comme l’ont si bien fait les membres de l’Utit  afin de renouer le dialogue et la communication avec les autorités locales et pour les soutenir dans certaines actions qu’il faudra nécessairement entreprendre :réinstaurer un climat de confiance entre les ressortissants tunisiens et la douane, faciliter les conditions de séjour, garantir des vacances sûres sur le plan sanitaire et de sécurité routière par ailleurs. Tout un programme pour leur faire sentir qu’ils sont bel et bien chez eux en Tunisie.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Salem Kechiche
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire