Inauguration d’un lieu hybride et alternatif de recherche, de création, d’exposition et de partage des savoirs avec «Wird», une exposition photographique de Bruno Hadjih qui se poursuivra jusqu’au 18 mars 2022.

Nous l’avons attendu, peut-être même rêvé, un centre d’art contemporain en plein centre-ville de Tunis. Un lieu où la création et les nouvelles pratiques artistiques peuvent trouver une caisse de résonnance et que des idées naissent des rencontres et des dialogues.

Nous nous retrouvons à l’ancien immeuble Phillips, une imposante bâtisse qui date des années 50, il s’agit de 2 bâtiments de 4 niveaux s’étalant sur 4.000 m2. L’emplacement du 32 bis donne un sens particulier à ce lieu avec sa nouvelle vocation, celle de soutenir la scène artistique locale et renforcer son ancrage régional et international. C’est un lieu de résidences artistiques, d’expositions, de performances, d’ateliers, d’éducation culturelle, de formation et d’accompagnement professionnel, où se dessine un dialogue entre artistes, commissaires et chercheurs tunisiens et internationaux.

Doté d’une médiathèque spécialisée en art moderne contemporain, autour de laquelle s’articule tout un programme d’éducation artistique et culturelle, d’une résidence artistique, d’une grande salle d’exposition, des ateliers, le 32 bis, comme il fut présenté lors de la conférence de presse qui s’est tenue la semaine dernière, est pensé comme un laboratoire, un lieu d’échange et d’émulation où se nouent et se dénouent les grands questionnements qui traversent notre époque.

L’activité du 32 bis a tout de même démarré depuis quelques mois déjà avec des résidences artistiques, une vocation qui est essentielle pour ce lieu qui se veut un pont entre les artistes locaux et la scène internationale et un point de départ pour une création à la croisée des territoires. Parmi eux Atef Matallah (Tunisie), Doa Aly (Egypte), Jan Kopp (France/Allemagne), Rafram Haddad (Tunisie), et bien d’autres.

Suivra aussi, au printemps, l’artiste sud-africaine Thania Petersen qui sera accueillie pour une résidence de trois mois et aboutira à une exposition personnelle. En novembre prochain, plus de 20 artistes tunisiens et internationaux participeront à une grande exposition conçue par l’historienne de l’art franco-égyptienne, Nadine Atallah, intitulée «Le Cheveu de Mu’awiya». Par ailleurs, le «32 bis» développe différents projets d’accompagnement de jeunes artistes tunisiens et du continent africain, en particulier à travers le programme AFC-Academy qui se déroulera au mois de juin 2022 avec «l’African Culture Found», co-fondé par l’artiste malien Abdoulaye Konaté.

Pour son inauguration officielle, le 32 bis présente «Wird», une exposition photographique de l’artiste franco-algérien Bruno Hadjih. Son travail est accompagné d’un ensemble d’objets anciens, issus de la collection d’art islamique Lalla Hadria, ainsi que d’une installation sonore du musicien tunisien Imed Alibi.

«Wird» est la synthèse d’un parcours de plus de 25 ans dans l’exploration de cet univers soufi sur lequel Bruno Hadjih pose un regard troublant et poétique à travers des corps, visages et paysages mystiques qui ont croisé la route. L’exposition est, elle aussi, un voyage qui capte des idées, qui questionne le fond et la forme, fait une lecture de la couleur, de la lumière et des ombres. Un travail parsemé de doute beaucoup plus que de certitude dans une pratique artistique qui tend à capter l’essence même d’une vocation et d’une croyance.

Charger plus d'articles
Charger plus par Asma DRISSI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire