Stade olympique de Sousse. ESS bat CA : 2-0. (Score acquis à la mi-temps). Buts de Jaballah(8’ C.S.C) et Hannachi (44’). Arbitrage de l’Egyptien Mohamed Maarouf.
ESS : Kerir, Hrabi (Haj Mahmoud 62’), Ben Aziza, Konaté, Hannachi, Ben Ouannès,Methnani, Redaoui, Msakni (Guermani 86’), Belarbi (Gonzales 80’) et Haj Hassen.
CA :Jaballah (Farhati 45’+1),Ayachi, Ifa, Diouf, Abdi (Khemisi 53’), Ben Yahia, Khalil, Mouchili, Hadded (Salhi 46’), Chammakhi et Khefifi.

Le jeu en valait la chandelle. Pour les Etoilés, une victoire au classico signifiait une fin de saison sur une note positive avec en prime une participation à la Ligue des champions la saison prochaine. Les Clubistes africains devaient enchainer par une deuxième victoire d’affilée après avoir remporté le derby une semaine auparavant. Les camarades de Bilel Ifa espéraient gagner et attendaient un faux pas de leur adversaire direct, l’USBG, dans l’espoir de participer à la Coupe de la CAF lors du prochain exercice. C’est dire qu’outre l’attrait que suscite le classico, Etoilés comme Clubistes étaient devant l’obligation de résultat. Et ce sont les locaux qui sont apparus beaucoup plus déterminés que leur dernier hôte de la saison. On jouait à peine la 8’ quand Ben Aziza, d’une pichenette, poussa le jeune gardien clubiste, Jaballah, à commettre l’irréparable accompagnant du pied droit la balle dans ses propres filets. Un but contre son camp qui a suscité une grande interrogation sur la titularisation d’un jeune gardien, AymenJaballah, dans un aussi important match avec l’enjeu qu’il représentait. Réponse à la fin de la première mi-temps. Après avoir insisté de poursuivre le jeu vers la fin de la période initiale suite à un accrochage violent avec Konaté, le jeune portier clubiste encaissa aussitôt un second but. Suite à une accélération de Ben Ouannès, Haj Hassen récupéra la balle avant de servir sur un plateau Hannachi qui n’avait qu’à terminer le travail logeant la balle dans les filets d’un Jaballah impuissant (44’). Après ce deuxième but, Jabbalah demanda à se faire remplacer. Il sera remplacé par un autre jeune portier, Farhati !

Rien ne sert de courir….
Après la pause, les Etoilés ont repris les débats aussi confiants que déterminés à préserver leur ascendant obtenu durant la période initiale. En face, les Clubistes n’avaient plus vraiment le choix que de jouer leur va-tout avec l’espoir de rectifier le tir. On jouait la 50’ quand Kerir a été l’auteur d’une jolie parade arrêtant un coup franc direct puissant de Wissem Ben Yahia.
Dans la foulée, Abdi quitta le terrain cédant sa place à Khemisi. Ce fut le troisième et dernier changement de Zvunkaqui qui a préféré ne pas trop attendre et jouer les deux cartes qui lui restaient dès l’entame de la seconde période de jeu. Mais comme le dit si bien le proverbe , « Rien ne sert de courir, il faut partir à point », Victor Zvunka et ses hommes l’ont appris hier à leurs dépens malgré les efforts fournis par Ben Yahia, Khefifi et Salhi.
De leur côté, les Etoilés sont apparus beaucoup plus à l’aise, gérant à leur guise leur ascendant sans trop se dépenser. Toutefois, la note aurait pu être plus salée si les attaquants étoilés avaient été plus précis dans les 30 derniers mètres à l’image du tir de Msakni qui frôla le montant gauche des filets de Farhati (74’). Comme quoi, les hommes de Roger Lemerre pouvaient créer le danger à tout moment.
Au coup de sifflet final, les Etoilés ont remporté une précieuse victoire leur permettant de disputer la C1 africaine la saison prochaine. Ils ne pouvaient espérer mieux pour terminer en beauté, contrairement à un CA qui a intérêt à oublier cette catastrophique saison.

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire