Selon Gartner, l’entreprise américaine de conseil et de recherche dans le domaine des techniques avancées,  d’ici 2026, 25 % des personnes passeront au moins une heure par jour dans le métavers, que ce soit pour les affaires, le divertissement, l’éducation, la socialisation ou le shopping. Avec l’engouement pour les métavers, de nouveaux modèles commerciaux pourraient voir le jour, permettant de pousser encore plus loin les activités numériques, voire d’inclure des produits et services métavers. Le tourisme compte parmi les secteurs qui doivent impérativement s’y mettre.

D’ici 2026, 30% des organisations dans le monde auront des produits et services prêts pour le métaverse. Comment cette nouveauté technologique influencera-t-elle l’industrie du tourisme dans le monde ? Et comment les professionnels du secteur vont-ils s’adapter au monde virtuel ? Des questions qui se posent alors que l’on annonce l’arrivée prochainement du Metaverse, le monde virtuel parallèle. Selon un expert du tourisme électronique, il existe actuellement trois mondes qui se complètent : le monde réel, le monde numérique et le monde virtuel. « Le Metaverse et le numérique sont au service du monde réel. Nous avons profité d’Internet, de Facebook et de toutes les plateformes et tous les réseaux sociaux pour développer le tourisme et nous ferons la même chose avec le Metaverse qui aura un impact positif sur le tourisme », explique le spécialiste. Et d’ajouter que le tourisme actuel ne se limite pas à la visite d’une destination, c’est devenu une expérience humaine. « Les hommes aiment vivre le réel. Une personne éblouie par son expérience dans le monde virtuel en Tunisie, par exemple, sera certainement encouragée à venir vivre cette aventure dans le monde réel. En fait, la technologie de la réalité virtuelle (VR) et celle des 360 degrés existent déjà dans la plupart des sites touristiques et musées, cela n’a pas empêché les touristes de voyager. Au contraire, le virtuel a fait la promotion du tourisme », assure-t-il.

Booster les réservations réelles

Grâce aux visites virtuelles, les hôtels font le marketing de leurs établissements en permettant aux clients de voir leurs chambres dans les détails avant de les réserver. De même, de nombreux centres de villégiature haut de gamme font organiser des visites virtuelles pour présenter leurs produits. Un agent de voyage britannique a eu recours à la réalité virtuelle pour permettre à ses clients de faire l’expérience des excursions, dont un tour de cinq minutes en hélicoptère à Manhattan. Le résultat a été une augmentation de 190 % des réservations de vacances à New York. De nombreuses chaînes hôtelières, des restaurants et même des compagnies aériennes ont commencé à partager leurs produits en VR.

Selon les spécialistes, le Metaverse pourrait aussi aider à divulguer la culture et l’exploration touristique pour les personnes défavorisées qui n’ont pas les moyens de voyager, ou à rendre accessibles des endroits difficiles d’accès ou des sites en danger, et même à préserver le patrimoine inestimable fragilisé par la foule de touristes.

Que choisir ?

Le tourisme en Tunisie va souffrir si, comme prévu, le Metaverse est appliqué d’ici cinq ans. Les jeunes âgés de 18 à 30 ans vont rester scotchés derrière leurs casques pour expérimenter et vivre dans ce monde virtuel. Mais cet impact négatif sur le tourisme sera temporaire, puisqu’après un certain temps, les gens vont s’ennuyer du tourisme virtuel et reviendront à l’expérience touristique réelle. « L’industrie du tourisme doit intégrer le monde réel dans le monde virtuel. Les hôtels, par exemple, doivent acheter des espaces dans le Metaverse pour vendre des chambres virtuellement. Les entreprises et les Etats doivent aussi réserver des espaces sur le Metaverse qui deviendront de plus en plus chers », indique un professionnel du tourisme.  En fait, les « virtuels-visiteurs » sont prêts à payer pour une expérience intangible, surtout que le Metaverse conduira à la création de nouveaux moyens de divertissement pour les touristes. « Au lieu de visiter simplement le désert tunisien, le v-touriste pourrait porter des habits pharaoniques et participer à la préparation de plats gastronomiques », prévoit l’hôtelier. De nombreux pays cherchent à présent à mettre à profit le Metaverse pour développer le tourisme. La Finlande, pionnière dans cette technologie, a lancé son projet « Virtual Helsinki », qui vise à faire découvrir aux voyageurs les monuments de la ville. On a même construit un modèle 3D interactif de la capitale finlandaise à des fins de tourisme, de shopping et de formation, et il y a même une citoyenneté virtuelle. A l’avenir, les v-citoyens pourront avoir leurs maisons, faire des achats et participer à des activités, tels les concerts, les expositions d’art et des jeux, le tout en VR. Cette expérience est offerte gratuitement sur les plateformes de jeux de réalité augmentée, mais également en vidéo 360 sur « YouTube » pour les personnes non équipées : une façon de sentir l’atmosphère d’une destination en étant chez soi. A travers cette nouvelle technologie, les utilisateurs seront au cœur de l’expérience. Mais en ce qui concerne le tourisme, les voyages virtuels ne rivaliseront jamais avec les scènes, les sons, les odeurs du monde réel.

Charger plus d'articles
  • Douja Gharbi, CEO de RedStart Tunisie

    Malgré “l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs et la nouvelle dynamique ins…
  • Des faits et des chiffres

      12,7% Les transferts de fonds des Tunisiens résidents à l’étranger ont atteint,  à …
  • Express

      Hichem Ben Fadhl : «Des transactions financières à travers les crypto-monnaies» «Le…
Charger plus par Saoussen BOULEKBACHE
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire