• Aujourd’hui, les Tunisiennes et les Tunisiens célèbrent la journée internationale des femmes, placée sous le thème : «L’égalité des sexes aujourd’hui pour un avenir meilleur», en ayant une pensée spéciale pour ces combattantes inflexibles pour l’égalité, la dignité et la démocratie pour tous.
• Le programme «Rayedet» (femmes à l’avant-garde) bénéficiera à 3.000 femmes qui auront droit à des crédits allant de dix mille à trois cent mille dinars pour financer leurs propres projets

«Alors que le monde s’apprête à célébrer la journée internationale des femmes, celles-ci voient leurs droits régresser. Nous en payons tous le prix».

C’est ce qu’écrit Antonio Gueterres, secrétaire général de l’ONU, à l’occasion de la Journée internationale des femmes, dans un message adressé à la communauté internationale dans lequel il rend un hommage largement mérité à ces combattantes, à travers le monde, de la liberté, de l’égalité et de la dignité, ces combattantes qui souffrent doublement de l’inégalité économique, des pandémies, dont en premier lieu le Covid, de la ségrégation raciale et du déni de la reconnaissance de leur droit absolu d’accéder aux postes de responsabilité et de décision, droit que leur accordent leurs compétences, leurs expériences et leur savoir-faire.

Aujourd’hui, mardi 8 mars, l’ONU appelle les femmes, dans le monde entier, à célébrer leur journée sous le thème: «L’égalité des sexes aujourd’hui pour un avenir meilleur» et le S.G. de l’organisation onusienne de synthétiser les objectifs assignés à cette manifestation en soulignant : «L’heure est venue de faire avancer les droits des femmes. C’est une question de justice, d’égalité, de moralité et tout simplement de bon sens».

En Tunisie où le statut de la femme se distingue, depuis l’accession du pays à l’indépendance en 1956, par les multiples réalisations accumulées au fil des années au profit de la femme au point d’en faire aujourd’hui un partenaire à part entière dans l’œuvre nationale de développement et de progrès, les concepts égalité, justice et moralité sont considérés comme des valeurs cardinales visant à concrétiser l’ambition nationale à la dignité dont la consécration passe inexorablement par le droit absolu à l’emploi et aussi à la participation active à la dynamique économique nationale.

Et c’est bien dans cet objectif que s’inscrit le démarrage, dimanche 6 mars, à Nabeul, sous la présidence de la ministre de la Femme, de la Famille, de l’Enfance et des Personnes âgées, Amel Belhaj Moussa, du programme «Rayedet» auquel le gouvernement a consacré une enveloppe de 50 millions de dinars, et dont profiteront quelque 3.000 femmes en accédant à des crédits dont la valeur varie entre 10 mille et 300 mille dinars.

Le programme vise la création de 600 projets et s’étendra sur cinq ans. En outre, l’on apprend qu’une unité de gestion par objectifs du projet a été mise sur pied en vue de lui garantir les conditions de bonne gouvernance et de transparence.

Et le ministère de la Femme, de la Famille, de l’Enfance et des Personnes âgées de s’associer au ministère de la Culture pour honorer à Nabeul la poétesse Fatma Ben Fdhila, en signe de considération pour son expérience littéraire et pour ses compétences en tant qu’enseignante, durant de longues années, de langue française dans les lycées.

Une célébration ponctuée de débats et de rencontres

Célébrer les droits de la femme, c’est leur donner l’opportunité de faire entendre leurs voix sur les meilleures stratégies à mettre au point pour que leur combat à la dignité par l’emploi et la participation à l’édification de l’avenir du monde aboutisse aux résultats escomptés.

D’ailleurs, le SG de l’ONU ne manque pas de souligner dans son message : «A tout moment, nous pouvons nous inspirer des femmes et des filles qui luttent pour le progrès dans tous les domaines et partout dans le monde».

En Tunisie, les femmes et aussi les hommes auront droit à trois journées de débats, de réflexion et d’échanges. A l’Institut français de Tunisie (IFT), il y aura aujourd’hui, mardi 8 mars, une projection dans le cadre du projet «Cinéma au féminin».

«Ce projet vise, selon le programme établi par l’IFT, à sensibiliser les femmes tunisiennes, en particulier les jeunes femmes issues de milieux défavorisés, au cinéma tout en leur offrant des perspectives professionnelles».

Dans la même journée, de 18h30 à 20h00, l’IFT organise un débat valorisant l’empowerment des femmes tunisiennes et leur rôle dans la promotion de l’économie verte et circulaire assurant une durabilité sociale qui inclut la justice sociale et l’égalité femme-homme.

Par la même occasion, se tiendra le festival international du film des droits de l’homme de Tunis-Karama Tunisie en accordant un intérêt particulier aux groupes marginalisés.

Charger plus d'articles
Charger plus par Abdelkrim DERMECH
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire