Des occasions nettes, il y en a eu. C’est l’inspiration qui a fait défaut aux attaquants.

Stade Hamda-Laouani. ESS et USM font match nul et vierge. Arbitrage de Nidhal Ltaief.

ESS : Jemal, Ben Ayada, Naouali, Saidi (Yaken 46’), Jemmali, Mbé, Baayou (Zaddem 46’), Amri (Msakni 71’), Dhaoui, Boutmène et Bongonga (Wayo 62’ puis Abid 90’+4).

USM : Ben Said, Bouraoui, Ouattara, Saghraoui, Ben Romdhane, Teka (Mhirsi 63’), Jelassi, Oumarou, Mbarki (Chikhaoui 63’), Aholou et Abdelli.

Affiche de la 10e journée, le classico opposant l’ESS à l’USM a été, dans sa première mi-temps, tout juste moyen. La deuxième période a été, par contre, nettement meilleure avec des occasions plus nombreuses et un volume de jeu beaucoup plus intéressant. Mais les attaques sont restées stériles et les deux protagonistes ont dû partager les points. Pourtant, Etoilés et Moastiriens se sont déplacés à Kairouan avec une seule envie : ramener les trois points de la victoire. Côté étoilé, Lassaad Jarda aspirait à réussir sa première sortie officielle. Côté monasitirien, on se devait une réaction après la défaite concédée lors de la journée précédente devant l’AS Réjiche. Malgré les motivations qui animaient les uns et les autres, on a dû attendre un quart d’heure de jeu pour assister à la première occasion du match : Boutmène tente sa chance, mais son tir est intercepté sans difficulté par le portier usémisite, Ben Said (15’).

Côté monasitirien, on a privilégié la prudence en jouant le bloc bas, contrairement aux habitudes de Faouzi Benzarti. La première véritable occasion monasitirienne a été enregistrée, par ailleurs, à la 25’ : Abdelli sert Ben Romdhane dont le tir est dévié en corner par la défense adverse.

La réaction étoilée ne s’est pas fait attendre. Quatre minutes plus tard, Baayou dribbla les défenseurs axiaux avant que Ben Said ne s’interpose à sa tentative en deux temps (29’).

Le dernier quart d’heure du jeu de la période initiale a sonné comme une fausse note. Le manque de percussion a caractérisé le jeu des deux protagonistes dont les attaquants étaient décidément à court d’idées. Il faut reconnaître que les Etoilés étaient plus entreprenants, mais ils peinaient à aller jusqu’au bout de leurs idées.

Plus entreprenants, mais inefficaces …

La deuxième mi-temps est connue pour être celles des entraîneurs. Lassaad Jarda et Faouzi Benzarti sont allés, chacun, de ses propres changements, mais avec la même perspective : être plus entreprenant en vue de marquer au moins un but. Sauf que, malgré un volume de jeu beaucoup plus intéressant, les attaquants, visiblement mal inspirés, n’ont pas réussi à mettre la balle dans les filets.

Etoilés comme Monastiriens ont laissé échapper une grosse occasion de scorer. Du côté de l’ESS, Ayo était à deux doigts d’ouvrir la marque à la 65’ : un premier tir dégagé par Jemal avant que sa balle ne s’écrase sur le poteau droit.

Du côté de l’USM, Oumarou devait s’en mordre les doigts en fin de match : profitant d’une erreur de Ben Ayada, il mène un contre rapide mais tire bêtement dans les mains de Jemal (86’). Avant lui, Bouraoui rate une occasion facile, alors que le poteau droit empêche l’USM de marquer après une mauvaise réception de la balle de Jemal. Le classico s’est finalement achevé sur un match nul et vierge.

Une remarque avant de finir : Nidhal Ltaief aurait dû expulser Zinedine Boutmène dès la 55’ au moment où il agressé Ouattara. L’arbitre du match s’est contenté d’un simple avertissement.

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire