Blessures obligent, Lassaâd Jarda n’a d’autre choix cet après-midi que d’aligner la même formation qui a donné la réplique, mercredi, à l’USM.

Les blessures et les suspensions font partie du jeu. Lassaâd Jarda, qui vient de prendre le train en marche à Sousse, l’apprend à ses dépens. Cet après-midi contre l’EST, comme c’était le cas mercredi face à l’USM, le coach étoilé aura une marge de manœuvre limitée à cause d’une infirmerie qui ne désemplit pas. En effet, l’effectif étoilé enregistre le même nombre d’absents. Des joueurs blessés qui ne sont pas encore totalement rétablis et qui, de ce fait,  manqueront toujours à l’appel. Il s’agit des quatre défenseurs centraux Saddem Ben Aziza, Abdelrazek Bouazra, Salaheddine Ghedamsi et Zied Boughattas. En plus d’être blessé, Boughattas ne figure même pas sur la liste africaine, ce qui limite davantage la marge de manœuvre du coach étoilé en C1 africaine. Une manœuvre déjà réduite !

Deux arrières dans le rôle d’axiaux

Le problème de l’axe central se posera donc, encore une fois, pour l’entraîneur étoilé qui alignera, encore une fois, les deux arrières Ghofrane Naouali et Houcine Ben Ayada dans l’axe central.

Ben Ayada (arrière droit) et Naouali (arrière gauche) auront la lourde tâche de constituer les derniers défenseurs à assurer la couverture pour Ali Jemal. Un gardien qui a stoppé net l’Espérance de Tunis lors du match aller et qui, depuis, assure pleinement son rôle de dernier grand rempart d’une formation étoilée beaucoup moins brillante sur le plan offensif.

C’est que contrairement à une défense qui assure même si l’axe central est occupé par des arrières, l’attaque l’est beaucoup moins. Avec le départ inopiné de Souleymane Coulibaly, la situation se complique davantage, et c’est désormais Vinny Bongonga qui a la responsabilité de percer les défenses adverses. Saura-t-il percer la défense espérantiste cet après-midi et sera-t-il plus inspiré qu’il ne l’a été contre l’USM ?

Iheb Msakni, lui, sera appelé à épauler davantage Bongonga, puisque les solutions offensives manquent. Msakni a, au moins, l’expérience, contrairement au jeune Abid.

Cela dit et au vu des absences enregistrées, Lassaâd Jarda devra aligner tout à l’heure la même formation qui a donné la réplique mercredi à l’USM. On s’attend à voir les mêmes changements, aussi. Jarda optera-t-il pour la même approche défensive adoptée par son prédécesseur deux semaines plus tôt ou optera-t-il pour un jeu porté vers l’offensive ? Réponse cet après-midi, sachant que l’ESS pointe à la troisième place du Groupe C, accusant deux points de retard par rapport au leader espérantiste.

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire