Avant ses deux derniers matches, l’Espérance ne savait plus sur quel pied danser, en dominant sans gagner. Mais contre le CAB et dernièrement l’ESS, le chemin des filets a été retrouvé, même si l’attaque demeure encore perfectible.

Grâce à sa précieuse victoire samedi dernier devant l’ESS à Radès, dans le cadre de la quatrième journée de la poule «C» (2-0), l’Espérance a confirmé sa relance et parvient ainsi à prendre une sérieuse option quant à la qualification au prochain tour de la Ligue des champions. En battant les Sahéliens, pourtant soutenus, à cor et à cri, par environ 18 mille supporters, qui se sont déplacés de toutes les régions du Sahel jusqu’à Radès, l’Espérance vient de se maintenir en tête du classement, en compagnie du CRBelouizdad (8 points) tout en compromettant sérieusement les chances de l’ESS d’être parmi les deux équipes qualifiables.

Mais les «Sang et Or» ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin, puisqu’il leur reste à se défaire de la cohabitation avec le CRB. Et cela ne peut se réaliser qu’avec une autre victoire contre les Algériens à Radès, le 1er avril prochain, qui sera la date de la grande explication, surtout qu’à l’aller les deux coleaders s’étaient neutralisés à Alger (1-1).

Mais avant cela, il va falloir se comporter en vrais conquérants samedi prochain chez les Botswanais de Jwaneng Galaxy FC qui n’ont plus rien à perdre mais qui pourraient s’avèrer très durs à manier en jouant sans la moindre pression. Le même jour, le CRB recevra l’ESS à Alger où il bénéficiera de l’avantage du terrain et des pronostics.

Encore des atouts pour Jaïdi

Mathématiquement, l’Espérance jouera encore pour six points à prendre. C’est-à-dire que rien n’est encore joué. Mais on voit mal comment l’Espérance pourrait rater ses deux prochaines sorties! Ce n’est pas dans ses habitudes, elle, qui a, le plus clair du temps, préservé son leadership jusqu’au bout des phases des poules.

Mais ce qui réconforte le plus les cœurs des fans «sang et or», c’est incontestablement la progression très satisfaisante dans le rendement de l’équipe qui s’est directement répercutée sur les résultats. C’est que les remèdes nécessaires à la «stérilité» de l’attaque semblent bien trouvés.

Même si Jaïdi a encore une large marge de manœuvre pour que la finition soit beaucoup plus édifiante s’il se débarrassait de son entêtement à propos du choix de ses attaquants.

En effet, après le franc succès de l’attaque contre le CAB (4-0), grâce à l’apport des deux valeureux avants : Ben Hammouda (2 buts) et Berrima, la ligne offensive a, encore une fois, été chamboulée. Et il semble que Jaïdi croit encore en Kingsley Eduwo. On a beau dire que ce joueur a la qualité de jouer sans ballon, mais un avant de pointe doit avant tout marquer des buts, chose qui tarde à venir avec les innombrables occasions loupées par le Nigérian.

Peut-être que la staff technique attend encore le retour en forme de Hamdou El Houni, le rétablissement de Ben Hammouda et la récupération de Anice Badri pour que l’attaque espérantiste pète le feu, comme elle le faisait jadis. Et même en l’absence de cette condition, Jaïdi ferait mieux d’accorder leur chance à d’autres attaquants que Kingsley Eduwo, avec lequel un temps fou a été dilapidé.

Heureusement pour le timonier espérantiste qu’il peut toujours compter sur le secours d’autres cadres qui font la différence, comme ce fut le cas avec l’Algérien Abdel-Kader Badrane et Mohamed Ali Ben Romdhane, auteurs des deux buts de la victoire contre l’ESS.

Charger plus d'articles
Charger plus par Amor Baccar
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire