Dr Lotfi  BEZNAÏGUIA

Mon frère, khouya el ghali Lattouf
Je t’aime tellement mon frère, mon confident, mon ami, tu me manques tellement.
J’aurais tant envie que tu sois là à mes côtés ! Si seulement tu pouvais revenir, j’aurais tant de choses à te dire !
Mais les premiers mots qui me viendraient à la bouche, c’est «je t’aime, mon frère… Doc…Lattouf!»
Une année déjà que tu nous as quittés pour un monde meilleur ! J’espère de tout mon cœur que tu es bien maintenant ! Que tu es au Paradis en compagnie de ma mère et mon père chéris et Houda qui t’aimaient tant, eux aussi !
Je croyais que je ne serai pas capable de survivre à ton départ. Il faut dire que ça fait une année maintenant que je vivote, que je fais semblant, que je ris dehors et pleure en dedans, mais surtout que je suis perdu sans toi «big brother..,Doc…Lattouf». Certaines journées, je me réveille content car j’ai rêvé de toi… et d’autres journées, je suis perdu dans mes pensées.., et triste toute la journée.
De toute façon, il n’y a pas une journée où je ne pense pas à toi Doc Lattouf et que j’ai mal à supporter ton départ, et ensuite je me dis que la vie est ainsi faite, et que ton heure était venue, qu’on t’a appelé car tu étais un être bon, tu avais terminé ta mission sur cette terre.
Ma vie a changé à tel point que je ne me reconnais plus à travers çà ! Je ne serai plus jamais le même, et je n’en guérirai jamais. Je penserai à toi tous les jours qui me restent à vivre sur cette terre. Je sais très bien que toi, avec ton optimisme habituel, tu dirais :
«Laisse les souvenirs apaiser ta douleur. Je ne suis pas loin et la vie continue. Souviens-toi de moi quand je riais, quand je faisais des blagues. Ne pleure surtout pas en te souvenant de moi. Je ne suis pas loin. Je suis le vent qui souffle. Je suis la lumière du soleil que tu es habitué de prendre en photo le matin, je suis le cri des oiseaux le matin. Je suis l’étoile dans la nuit. Ne pleure surtout pas pour moi. Je ne suis pas mort, je vis à travers la nature. Puisses-tu enfin connaître la paix. Je t’aime FREROT !!!!»
Tu étais toujours un homme libre et tu l’as confirmé jusqu’à la fin !!!
Tu seras à jamais dans mon cœur pour la vie et sache que je t’aime avec l’âme et non avec le cœur, car un jour mon cœur s’arrêtera de battre, tandis que l’âme dure une éternité…

A mon frère,
Ton frérot Adel

 

Charger plus d'articles
Charger plus par Nécrologie La Presse
Charger plus dans Nécrologie

Laisser un commentaire