Face à une EST mieux nantie et en avance au score, le CA a ressurgi de nulle part. Un vrai miracle sportif pour un ensemble rajeuni et qui évoluait avec les moyens du bord.

En sport, le favori, et celui qui a plus de moyens, ne gagne pas systématiquement. C’était le cas lors de ce derby acharné et palpitant CA-EST où le favori sur le papier, l’EST, s’est effondré face à un retour éblouissant et incroyable du CA vers la fin du match. Un scénario que les plus optimistes des Clubistes et les plus pessimistes des Espérantistes n’avaient pas envisagé. Pour cette finale du championnat, l’EST avait une marge de 4 ou 5 buts à quelques minutes de la fin. Pour une EST qui avait un meilleur effectif, qui avait plus de moyens financiers, gagner ce derby était un couronnement logique vu la qualité de l’effectif présent et les investissements consentis. Du côté clubiste, les dirigeants actuels n’ont pas misé sur leurs handballeurs, et il faut voir les conditions de travail (et la petite motivation) dans lesquelles travaillaient Messoudi et ses joueurs. Le mérite du CA n’est pas de gagner ce derby in extremis seulement, mais de rester en course en battant l’ESS à Sousse, en profitant du faux pas de l’EST à Sakiet Ezzit. Pour les dernières 5’ de ce derby fou, le mérite revient à l’humilité et au cœur des joueurs de Messoudi: au moment où l’EST lâchait prise et que ses joueurs pensaient avoir remporté le titre, le duo Mostafa-H’mam a mis le turbo pour réduire l’écart et égaliser. Le doute s’est installé alors dans le camp de l’EST avec une perte de balle à 10’’ de la fin.

La suite : un but très astucieux et si précieux de Gouri qui a lobé (quel sang froid!) un grand Sfar qui a permis à son équipe de mener au score. Fou, invraisemblable cette fin de match et ce titre acquis au finish. C’est si mérité pour une équipe qui a eu la capacité d’y croire jusqu’au bout et de miser sur son courage pour revenir de loin et gagner avec autant d’émotions.

Une équipe à enrichir !

Face à une EST qui a un meilleur effectif, le CA a réussi et c’est un exploit pour un des piliers du hand tunisien.

Cette énorme performance et la générosité des joueurs de Mohamed Messoudi doivent être le point de départ pour reconstruire une équipe solide et qui jouera pour gagner encore. Cependant l’effectif actuel ne permet pas de rester supérieur à tous ses concurrents.

Un miracle ne se produit pas plusieurs fois! La balle est dans le camp des dirigeants qui ont obtenu leur premier titre masculin (les handballeuses ont déjà gagné des titres!) depuis leur arrivée. Alors qu’ils n’ont rien accordé à ces joueurs, ils obtiennent un titre inespéré. C’est donc l’occasion de mettre la main à la poche et étoffer l’ossature composée de Rezig, Mostafa, H’mam, Remiki, Hédoui (encore de beaux restes!), Ayari, Gouri et Bhar par des joueurs de métier. Cela dit, le mérite de Mohamed Messoudi, entraîneur qui a su lire son mach, reste important. Avec peu de moyens, il a gagné un titre de champion. C’est cela un grand entraîneur!

crédit photo : © Mokhtar HMIMA
Charger plus d'articles
Charger plus par Rafik EL HERGUEM
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire