Face à un adversaire le moins qu’on puisse dire transparent, les « Sang et Or » n’avaient qu’à dérouler leur jeu, remportant au passage une victoire amplement méritée.

Stade olympique Hamadi Agrebi de Radès. EST bat USBG : 3-0. (1-0 à la mi-temps). Buts de Mohamed Ali Ben Romdhane (35’), Mohamed Amine Tougai (64’) et Farouk Mimouni (85’). Arbitre central : Yosri Bou Ali. Arbitre (VAR) : Haythem Guirat.

USBG : Ferhati (Ben Salah 37’), Ben Khedher, Bouaicha, Bahia (Ouji 75’), Mhadhebi (Mejri 46’), Ikama (Abcha 24’), Sayari, Ammous, Hamdi, Rejaïbi et Kamerji.

EST : Debchi, Badrane, Tougai, Machmoum, Ben Hamida, Coulibaly, Ben Romdhane (Arfaoui 69’), Chaâlali (Triki 69’), El Houni (Badri 60’), Iwuala (Mimouni 82’) et Eduwo (Ben Hammouda 60’).

La logique a été tout simplement respectée hier après-midi à Radès où l’EST s’est imposée devant une formation sudiste qui n’a rien entrepris ou presque. Une équipe de Ben Guerdane qui s’est contentée de défendre en optant pour le bloc bas.

Les «Sang et Or», eux, ont annoncé la couleur dès les premières minutes de jeu en multipliant les tentatives. La première occasion nette a été enregistrée à la 9’ quand Chaalali adressa un tir puissant et cadré à l’approche de la zone des 16 mètres. Un tir dévié en corner par le portier sudiste, Farhati. Ce dernier a dû intervenir neuf minutes plus tard en s’interposant au tir d’Eduwo (18’).

Par ailleurs, le gardien sudiste n’a pas résisté au pressing de l’attaque espérantiste. A la 35’ et après avoir repoussé un premier tir d’Eduwo, il n’a pu rien devant la frappe de Ben Romdhane qui logea la balle dans les filets. Suite à ce but, Farhati, blessé, a dû quitter le terrain.

Son remplaçant, Saber Ben Salah, n’a pas eu la tâche facile non plus face à des attaquants espérantistes plus déterminés que jamais. A peine entré qu’il a dû intervenir pour capter un tir d’El Houni (39’). Ben Salah a réussi tout de même à rejoindre les vestiaires pour la pause mi-temps sans encaisser de but.

Sur leur lancée…

De retour des vestiaires, les débats ont repris avec la même intensité, toujours à sens unique en faveur de l’Espérance qui, face à un adversaire pour le moins qu’on puisse dire transparent, n’avait qu’à dérouler son jeu.

Dès son entrée, Badri s’est montré dangereux pour la défense sudiste. Quatre minutes à peine qu’il est sur le terrain et le voilà effacer Mhadhebi avant de servir sur un plateau Tougai qui, d’une pichenette, logea la balle dans les filets de Ben Salah (64’). Un but confirmé par la VAR qui a tranché que Badri n’était pas en position de hors-jeu.

Iwuala, le joueur le plus généreux sur le terrain, a failli tripler la mise, mais sa balle s’écrasa sur le poteau gauche de la cage de Ben Salah (80’).

Son remplaçant, Farouk Mimouni, a été plus chanceux que lui. Trois minutes après son entrée, Mimouni, servi par Badri, tripla la mise grâce à un joli tir (85’). Le recours à la VAR a confirmé, encore une fois, que Badri n’était pas en position de hors-jeu.

Un troisième but venu confirmer la suprématie de l’Espérance qui remporte une nette victoire alliant la manière et le résultat, consolidant ainsi son statut de leader.

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire