crédit photo : © Mokhtar HMIMA
Il a suivi le mouvement et s’est placé au bon endroit, tout juste devant la cage pour conclure une jolie action collective.

Stade Taieb-Mhiri. CSS bat ESS : 1-0. (0-0 à la mi-temps). But d’Aymen Harzi (59’). Arbitre central : Aymen Nasri. Arbitre (VAR) : Jalel Sahbani.
CSS : Dahmen, Dagdoug, Ben Ali (Ghorbel 73’), Nasraoui, Zamouri, Néji, Raiah (Camara 73’), Karoui, Harzi (Habbassi 82’), Diakité (Haj Hassen 90’) et Ali (Maaroufi 90’).
ESS : Jemal, Ben Ayada, Laouafi, Ben Aziza, Jammali (Boutmèbe 74’), Bouazzra, Mbé, Abid, Zaddam (Aouani 52’), Msakni (Dhaoui 52’) et Amri.
Expulsion : Naby Camara (90’+6) suite à un tacle par derrière sur Oussama Abid.

Troisièmes au classement et restant sur deux victoires, les Etoilés se sont déplacés hier à Sfax avec l’intention de confirmer leur réveil et coller au peloton de tête. Les Sfaxiens, eux, se devaient de réagir après avoir été tenus en échec par l’EST.

Chacun des deux protagonistes avait donc ses propres petits calculs et le niveau du jeu, qui était tout juste moyen en première mi-temps, n’a pas surpris. Sfaxiens et Etoilés ne voulaient pas prendre de risques inutiles. Cela ne les a pas empêchés de tenter leur chance quand l’occasion se présentait, à commencer par les visiteurs qui ont essayé de surprendre d’entrée leurs hôtes par le biais du capitaine Msakni dont le tir frôla la transversale (1’).

La défense étoilée a eu droit à sa première petite frayeur à la 9’ quand Diakité perdit sa balle sur la dernière ligne. Les débats ont sombré par la suite dans une certaine monotonie et on a dû attendre la 19’ pour assister à la première occasion bien construite et dangereuse du match : suite à une action collective, Diakité récupéra la balle et adressa un tir puissant et cadré, dégagé sur la dernière ligne par Bouazra avant que Jemal ne rattrape son erreur et intercepte le ballon (19’). Les Sfaxiens sont passés à côté d’un but tout fait, puisque le tir de Diaikité devant une cage presque vide, vu le mauvais placement du portier étoilé… sauvé par Bouazra.

Le gardien étoilé allait rattraper le coup quelques minutes plus tard. Auteur d’une jolie parade, il anticipa cette fois-ci le coup en fermant l’angle de tir devant le même Diakité parti sur la gauche (37’).

Le bilan de la période initiale a été en somme maigre : une grosse occasion de chaque côté et un niveau de jeu tout juste moyen le reste du temps.

Une occasion, un but…

Après la pause, on s’est frotté les mains avec l’espoir d’assister à une mi-temps dont la qualité de jeu devait être à la hauteur du classico. Décidés à en découdre, Sfaxiens et Etoilés allaient jouer leur va-tout. Un moment fort du match qui a duré un quart d’heure que les locaux ont su exploiter. Un long centre de Nasraoui dans le dos des défenseurs à destination de Karoui qui remet de la tête pour Harzi. Ce dernier a suivi intelligemment le mouvement en se plaçant au bon endroit, tout juste devant la cage pour conclure une jolie action collective en logeant la balle dans les filets, et ce, grâce à un tir croisé (59’).

Après cette occasion conclue par un joli but, les Sfaxiens allaient se repositionner. Ils ont changé de tactique en optant pour le bloc bas et en opérant par de longues passes en profondeur, ce qui leur a permis d’éloigner constamment la balle de leur zone. Les Etoilés, eux, ont mis du temps pour reprendre leurs esprits. Cela leur a pris un petit quart d’heure.

A partir de la 74’ et jusqu’à la fin du match, les Etoilés ont opéré par un pressing haut qui a failli se conclure par un but d’égalisation qui n’est finalement jamais venu à cause du ratage monstre de Boutmène : l’Algérien a fait un bon appel de balle avant de tirer légèrement au-dessus alors qu’il était seul face à Dahmen (87’).

En somme, chaque équipe s’est créé une grosse occasion. Les Sfaxiens ont su exploiter la leur grâce à l’opportunisme de Harzi. Les Etoilés, eux, sont passés à côté à cause du ratage monstre de Boutmène.

En termes de volume de jeu, la deuxième mi-temps a été fortement intéressante à suivre, contrairement à la première mi-temps. Au final, les Sfaxiens ont mérité amplement la victoire, certes grâce à l’opportunisme de Harzi, mais aussi parce qu’ils se sont montrés plus réalistes, sachant préserver leur avantage au score malgré le pressing opéré par leurs hôtes en fin de match.

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire