La plupart des candidats des filières littéraire, scientifique et technique ont achevé sereinement la session principale du baccalauréat.
La journée d’hier était le dernier jour des épreuves, ce qui signifie le clap de fin du baccalauréat dans son premier acte. Il n’est pas encore dix heures au niveau du lycée Menzah 6 (Ariana) que les lycéens ont déjà massivement quitté les salles d’examen. Les groupes de filles et de garçons ou mixtes sont agglutinés à l’ombre des arbres pour papoter et décharger la pression ressentie tout le long du bac. Ils viennent de finir le déroulement de l’examen d’anglais avant d’en découdre avec une épreuve artistique optionnelle. Un lycéen de la section Economie et Gestion admet que l’épreuve d’anglais était abordable mais il raconte son désarroi : «Le problème est que le système des examens actuellement en place est très sélectif. Il vise à ne retenir que les meilleurs et donne du fil à retordre aux candidats moyens et médiocres». Ce qui semble ne pas être de son goût.

Rym est assise sur le trottoir en face du bâtiment scolaire avec des écouteurs aux oreilles l’air déconcertée et pensive. Elle fait partie des candidats de la section sciences expérimentales qui s’estiment lésés par le choix inattendu de proposer un exercice de mécanique « hors programme » dans l’épreuve de sciences physiques qu’ils ont passée avant-hier. Elle affirme, narquoise, «J’ai un très mauvais sentiment. Je sens que je ne serai pas admise à la session principale». Elle affirme toutefois s’en être sortie à bon compte à l’examen d’anglais passé, hier, qu’elle juge d’un niveau appréciable. «Au moins, celui-ci était tout sauf sorcier !». A la question de savoir si l’exercice de mécanique était facile comme l’affirment certaines voix, elle rejette cette idée.

Rencontrés sur place, deux jeunes lycéens ont affirmé qu’ils ont moyennement passé l’examen de la langue de Shakespeare. Ils comptent se rattraper avec l’épreuve de dessin sur laquelle ils misent pour relever la moyenne et augmenter leurs chances de succès au bac. On a voulu demander l’avis du directeur de l’établissement scolaire vers dix heures. Cependant il avait d’autres chats à fouetter puisqu’un contrôleur était avec lui pour une réunion urgente…

Polémique autour de l’épreuve des sciences physiques
L’épreuve de sciences physiques pour la section sciences expérimentales, sur laquelle les candidats ont planché avant-hier, était coriace, de l’aveu de certains candidats de la filière. Elle comportait, en effet, un exercice de mécanique forcée pour lequel les candidats de la section sciences expérimentales ont dû résoudre une question sur la construction de Fresnel qui ne figure pas au programme. «On étudie la construction de Fresnel dans le chapitre électrique et non mécanique. Or, on nous a demandé de traiter cette question dans un exercice de mécanique. Seuls les candidats de la section mathématiques peuvent le faire car elle est incluse dans leur programme. En effet, ils étudient la construction de Fresnel en mécanique et électrique alors que pour la section sciences expérimentales, elle est juste inclue dans le chapitre électricité», nous a expliqué une candidate de la section sciences expérimentales du lycée pilote de Tunis. Des parents d’élèves ont fait circuler une pétition, à ce propos, sur les réseaux sociaux qu’ils prévoient d’adresser au ministre de l’Education. M.S.K.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Salem Kechiche
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire