Avec l’aval de la municipalité de Tunis, l’Association des amis de Belvédère a organisé, à la fin du mois de mai, la Foire des fleurs au Parc du Belvédère.


Les allées du parc ont été ornées par des stands fleuris où verdure et coloris divers ont formé une parfaite symbiose. Le Parc du Belvédère a accueilli, au cours du mois de mai, de jolis stands et tentes, où étaient exposés à la vente plusieurs plants de diverses fleurs, des rosiers, des plants grimpants, des plants d’arbres fruitiers, ainsi que des plants de décor ou plantes d’intérieur. On y trouve aussi toutes les catégories de fleurs : les œillets, les géranium, les moses, les glaïeuls, les lys, les narcisses, les iris, les mimosas, etc.

Juste à l’entrée du parc, Noureddine, agent de la pépinière Nadhir Sahli siégeant à Mnihla, nous a accueillis chaleureusement. Disposant d’un stand fleuri, il nous a longuement parlé de ses articles : «Ici on vend différents plantes d’extérieur : Ficus, plantes grasses, bougainvillier (plante grimpante) Youcu, cactus, oiseaux de paradis et d’autres plantes trop sollicitées par les Tunisiens, telles que la menthe, le géranium, plante 4 saisons, ficus, bonzaï et autres…». La foire des fleurs a connu un grand succès auprès du public qui a été privé d’une telle manifestation durant deux années de suite à cause du confinement de la Covid-19.

Parmi les visiteurs de cette foire, des propriétaires de villas entourés de jardins, ainsi que des habitants d’immeubles, qui préfèrent embellir leurs balcons par des bacs fleuris.

Nouvelles tendances

Son voisin limitrophe, Tarek C., disposant d’une pépinière à Tabarka et possédant une jolie tente au Parc du Belvédère, nous a parlé de la nouvelle tendance observée chez les Tunisiens, qui veulent planter chez eux (dans leurs jardins et terrains privés) des plantes d’arbres fruitiers exotiques, comme l’avocat, le kiwi, le bananier. «Ces plantes, qui nécessitent un soin particulier, poussent convenablement et s’adaptent bien au climat et au sol tunisien bien fortifié de différentes semences et vitamines». A propos de vitamines, Tarek nous fait savoir que le résidu (Tenova) du café turc bouilli à la «zézoua» est un bon fortifiant pour les différents plants et surtout ceux des arbres fruitiers.

Une bouffée d’oxygène

Pour Taher, propriétaire d’un stand et possédant une pépinière à Tunis, la verdure et les couleurs éclatantes des plantes fleuries représentent une bouffée d’oxygène pour les individus vivant dans les gros centres urbains et souvent cloîtrés entre murs, stress et béton !

C’est aussi l’avis de Mme Wassila, résidente à Radès : «Je suis venue en été pour acheter quelques plantes grimpantes». Et de poursuivre : «J’aime les fleurs et j’aime le printemps, la saison de la fraîcheur et de la gaieté, je passe tout mon temps à m’occuper de mon jardin, toutes ces plantes et ces rosiers sont des être vivants, il faut bien les soigner et les solliciter de près».

Maha, une autre dame résidente à La Soukra, nous a interpellés en ces termes : «J’aime les roses, je passe des moments agréables en compagnie de mes fleurs que je nourris quotidiennement, souvent j’ai l’impression de communiquer avec mes plantes et j’interdis absolument à mes neveux de les arracher et de les maltraiter».

Mondher, un autre passionné de fleurs, renchérit : «Pour moi, une rose, qu’elle soit blanche, rouge ou jaune, est le meilleur symbole de communication, c’est essentiellement le symbole d’amour. Dame nature nous a légué ce beau patrimoine fleuri, à nous de le soigner et de le sauvegarder».

Charger plus d'articles
Charger plus par Tarek ZARROUK
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire