Il est 9h00, l’ambiance est très chaude dans cette vaste salle de culture physique, située dans un quartier chic de la périphérie nord de Tunis. Une quinzaine d’hommes de différentes catégories d’âge, des vétérans portant des survêtements répondant énergiquement aux recommandations de leur coach. Celui-ci procède par étapes : marche, sautillement réchauffement, exercices d’assouplissement.

Les adeptes du sport trouvent dans ce défoulement la meilleure formule de dégager une énergie, dont le surplus de calories reste emmagasiné dans le corps, et de se libérer des contraintes quotidiennes qui font d’eux de véritables robots de la société moderne.

Le confort… toujours le confort

Le mode de vie actuel nous incite à nous acquitter de nos devoirs à moindres complications : voitures, machines, robots, ascenseurs, escaliers roulants… sont autant d’éléments qui remplacent l’effort humain. Ce confort tant convoité risque malheureusement d’altérer notre santé dans la mesure où les membres du corps se privent de mouvement.

Passer la majeure partie de son temps assis dans un bureau, à table, en voiture, devant la TV ou le micro… pourra, à la longue, compromettre l’équilibre psychophysionomique de l’individu, d’où le grand risque de contracter diverses maladies, allant de la simple migraine à l’infarctus du myocarde, ou d’attraper des affections liées au métabolisme, telles que le diabète ou la surtension artérielle, etc. sans parler des troubles physiques liés à la névrose ou la psychose, maladies dépressives qui sévissent particulièrement dans les milieux urbains à forte concentration humaine.

Ces mouvements  qui désaltèrent

Slim B., diplômé en culture physique et entraîneur, nous fait savoir que la pratique d’un sport est indispensable à l’homme moderne pour parer au déséquilibre fonctionnel entre le corps et l’esprit. Celui-ci s’épuise tout au long de la journée, alors que le corps demeure condamné au repos forcé. «Nous en sommes conscients et nous tenons compte de cette vérité lors de la séance d’entraînement car on a affaire à des bureaucrates convaincus des avantages du sport et non pas de véritables sportifs».

La séance qui dure quarante-cinq minutes se compose de trois phases :

– La mise en train : c’est-à-dire la préparation, l’échauffement, le mouvements d’étirement, les exercices respiratoires, le sautillement…

– Le corps de la séance : mouvement d’assouplissement… un travail harmonieux nécessite l’accomplissement de tous les mouvements possibles qui sont bénéfiques aux muscles. Chaque mouvement a des effets spécifiques sur un membre donné. Signalons, à titre d’exemple, les mouvements des bras, ceux des abdominaux, des jambes, du cou, de la cage thoracique…

Retour au calme : exercices de fin de séance ayant trait au relâchement des muscles.

La séance se solde par une douche rafraîchissante. Il est à signaler que dans le cadre sport et travail, le concept de la durée de la séance de culture physique ne dépasse guère trente minutes. M. Slim précise que trois séances de sport de salle par semaine sont largement suffisantes pour bien entretenir le corps et le moral du bénéficiaire.

Qu’en pensent les disciples de M. Slim? Pourquoi ont-ils opté pour le sport de salle? Sont-ils satisfaits de leur choix?

Un bon remède

• Samy T., 52 ans, ingénieur et grand sportif, nous explique que le sport  a été un excellent palliatif à ses problèmes de dos et sa prise de poids. «J’ai voulu sauver la situation en pratiquant du sport, je me suis inscrit en décembre dernier pour m’entraîner à raison de trois fois par semaine… depuis, j’ai l’impression que j’ai rajeuni, les douleurs ont disparu».

• Slaheddine J., 55 ans, banquier, s’est inscrit, quant à lui, aux séances de culture physique, sur recommandation de son médecin traitant qui venait de découvrir qu’il avait un terrain favorable pour le diabète. «Je me sentais mal à l’aise. Je mangeais trop et bougeais peu. Depuis que je me suis résolu à pratiquer du sport, ma santé s’est nettement améliorée.

Actuellement, je ne prends pas de médicaments, le sport est le meilleur remède… pourvu que je continue à le pratiquer».

• Ingénieur, M. Sellati, 48 ans, reconnaît que la pratique sportive l’a poussé à adopter une hygiène de vie plus saine. «Je suis très satisfait de ces cours de culture physique. Dans cette salle, on court, on saute, on se défoule… Bref, on dégage les surplus de calories qu’on accumule au fil des jours. L’avantage est, somme toute, concret; j’ai perdu 7 kg en cinq mois. Qui dit mieux? ».

Et de poursuivre : «Actuellement, je me sens équilibré. Au bureau, je maîtrise mieux les problèmes; je dirais même que mes conditions de travail se sont nettement améliorées, l’effort intellectuel se trouve étroitement lié à la bonne santé physique».

Gaité et joie de vivre

Non loin de la salle de gymnastique pour hommes, s’élèvent de temps à autre des coups de sifflet accompagnés de musique orientale; c’est la salle d’aérobic pour dames, animée par Imen, une jeune maîtresse d’éducation physique, spécialité aérobic et danse orientale. Son groupe est composé d’une dizaine de femmes dont l’âge varie entre quarante et soixante ans et qui s’investissent énormément aux rythmes de la musique tout en dansant et en gesticulant.

Enseignante, Fekria A., âgée de 44 ans, affirme qu’elle est bien placée pour confirmer que l’aérobic contribue positivement à épanouir le corps et l’esprit. « De par ma formation, je suis appelée à transmettre le savoir aux élèves. Il fallait trouver une bonne formule qui m’inciterait de m’acquitter convenablement de cette tâche avec patience et compréhension. Grâce au sport et aux cours de danse, je me réjouis de parvenir à de telles fins».

Lamia S., 53 ans  et cadre fonctionnaire, reconnaît, de son côté, que le sport lui permet d’évacuer le trop-plein de stress et d’énergie négative accumulée au cours de ses journées de travail. « Je me sens complètement rétablie après avoir passé toute une journée de travail où les nerfs demeurent tendus soit par les contraintes du boulot, soit par l’énervement au volant. Après la séance d’entraînement, je retrouve et la joie de vivre et la bonne humeur».

Et notre interviewée de conclure : «Toute femme émancipée est censée pratiquer du sport afin de veiller au bon entretien de son corps et de son mental, garder un esprit sain dans un corps sain. N’est- il pas souhaitable de rester jeune et soigner sa ligne le plus longtemps possible?Alors, la devise est facile, faites de la gym !»

Charger plus d'articles
Charger plus par Tarek ZARROUK
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire