crédit photo : © Mokhtar HMIMA
Un point de glané pour une EST qui a toujours l’avantage par rapport à l’USM. Un match très chaud et à oublier.

Stade de Sousse, public assez nombreux, bon arbitrage de Nidhal Ltaief, EST-ESS 1-1 (0-1 mi-temps), buts de Ben Hammouda  (25’) et Ben Ayada sp 72’, expulsion de Ben Ayada 73’
ESS : Jmal –Ben Nejima (B Ayada)-B Aziza-Boughattas-Bouazra ( Boutmen)-Naouali –Zaddem (Baayou)-Mbé-Abid ( Wayou)-Dhaoui(Kechiche)-Vinny
EST : Debchi-Mechmoum-Tougai-Amamou-Chetti-Ben Romdhane-Ben Hmida-Bedri (Fedda)-Bougrine ( Marzouki)-El Houni-Ben Hammouda ‘Genichi)

Ce match ESS-EST a frôlé le pire avec l’indiscipline du public et les incidents qui ressemblent beaucoup à ce qui s’est passé au derby de dimanche dernier : après le public de l’EST, c’était au tour du public étoilé de rentrer sur le terrain et de sortir de ses gonds. En 5 jours un triste spectacle et un public qui devient incontrôlable. Le match s’est soldé sur un nul qui fait l’affaire d’une EST qui a joué avec le feu. Pour une équipe supérieure techniquement, attendre l’adversaire pour qu’il revienne et égalise devant son public enthousiaste, était un énorme risque. Heureusement pour Maaloul qu’il y avait Ben Ayada pour le sauver : l’Algérien, qui vient d’égaliser 1-1 sur penalty à la 71’ ( penalty valide après le tirage du maillot par Marzouki), effectue un geste obscène pour fêter le but. Un geste que la VAR et Ltaief ont sanctionné d’un rouge direct qui a été le tournant du match. Ça a permis à l’EST de monopoliser la balle et de gagner du temps face à une Etoile épuisée et qui pouvait marquer le second but par Ben Aziza dont la tête a été proche des buts. El Houni, Ben Romdhane et Bedri ont su temporiser et faire circuler la balle au milieu d’espaces concédés par des Etoilés qui n’avaient plus les armes pour attaquer. Face à une Etoile désordonnée dans ses idées à l’image de son entraîneur Ikbel Routabi ( qui a grillé le jeune Ben Njima qui n’avait pas les moyens de disputer un match aussi tendu), l’EST a puisé dans son bloc, dans son organisation pour absorber le début en fanfare de l’Etoile (lob de Abid sauvé par Debchi à la 15’ ) avant de piéger les locaux par un but sur un mauvais renvoi de Abid qui a servi par erreur Ben Hammouda qui efface Jemal et tire et c’est Bouazra ( comme à l’aller !) qui offre le but à l’EST. Ce dernier va provoquer le public étoilé dont quelques supporteurs ont envahi le terrain et tentent de l’agresser. C’est à ce moment que l’Etoile a perdu les nerfs et la lucidité à l’image de Dhaoui  bien placé mais qui gère mal son duel avec Chetti (36’) , et Ben Aziza ( un joueur qui n’a aucune maîtrise des nerfs) qui pivote et rate l’égalisation à la 46’. Du côté de l’EST, c’était l’arme des contres et le couloir gauche formé de Chetti et El Houni appuyés par Ben Romdhane et à la 44’, on pouvait avoir un 2-0 si Ben Nejima n’avait pas sauvé une balle in extremis sur la ligne. Des conditions tendues et un public surexcité pour une mi-temps mieux gérée par l’EST. C’était l’inverse presque après la pause, les étoilés reprennent du calme et menacent l’EST grâce aux balles arrêtées ( Mbé tire sur le petit filet à la 55’).

La VAR encore et toujours

Ce classique a été peut-être très intense et très électrique avec des actions litigieuses et des contestations à chaque fois. Un premier penalty accordé à l’ESS puis annulé ( soupçon de main de Chetti) puis un second penalty accordé qui permet à Ben Ayada d’égaliser avant de sortir sur carton rouge. Un nul équitable parce que les deux équipes ne méritaient pas de gagner. L’EST avait besoin au pire des cas d’un nul pour prendre option sur le titre, et l’Etoile, en pleine crise, avait besoin de ne pas perdre pour sauver son honneur. Encore une fois, l’EST pouvait mieux gérer son avance, et ce risque pris était inutile, surtout qu’elle avait un ascendant sur un adversaire énervé et qui a perdu de sa lucidité à la première mi-temps. L’EST se rapproche du titre, mais qu’on fasse quelque chose pour contenir ce public qui se trouve maintenant sur le terrain pour menacer et intimider. Où va-t-on vraiment ?

Charger plus d'articles
Charger plus par Rafik EL HERGUEM
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire