A une semaine de la  célébration de l’Aïd El Idha, les Tunisiens se trouvent dans l’impossibilité de savoir s’ils peuvent disposer, d’ici au 9 juillet, de leur mouton et satisfaire la tradition ou le devoir du sacrifice tels que professés par l’Islam.

Et la raison de cette situation de perplexité n’est pas très difficile à dévoiler. Il s’agit, tout simplement, de la montée vertigineuse des prix du mouton du sacrifice qui ont enregistré une augmentation de près de 40%, comme l’assurent les éleveurs et les intermédiaires qui ont investi depuis quelques jours les places publiques à travers l’ensemble des villes de la République, où l’on a pris l’habitude d’aller choisir et acquérir «le mouton des enfants».

Malheureusement, pour l’Aïd El Kébir 2022, acquérir le «mouton des enfants» s’avère, au vu des prix pratiqués, et de la détérioration du pouvoir d’achat du citoyen, une entreprise très ardue, très coûteuse, sinon impossible pour de foyers tunisiens, principalement ceux de condition moyenne ou modeste.

Certes, les autorités publiques font ce qu’elles peuvent en essayant de réguler le marché, via la Société Ellouhoum qui offre le fameux mouton à des prix qu’on présente comme à la portée des bourses moyennes.

Certes aussi, le ministère des Affaires sociales annonce que la dynamique de la solidarité et de l’entraide sera réactivée bien avant l’avènement de l’Aïd pour que les familles à revenus limités puissent vivre la fête de l’Aïd El Kébir comme le reste de leurs concitoyens.

Mais il est impératif de fournir davantage d’efforts en la matière, de mobiliser encore plus les associations et les organisations de la société civile, qu’elles soient de vocation caritative ou non, et de faire en sorte que les Tunisiens soient convaincus que la joie et la fête de l’Aïd El Kébir ne valent qu’à la condition d’être partagées.

  • Tirer profit de la plaisance

    La Tunisie, qui dispose de  1.300 km de côtes, n’arrive pas à promouvoir l’activité de pla…
  • Des partis dans le déni du réel

    Maintenant que le parti Afek Tounès a déposé, officiellement, vendredi 12 août, un recours…
  • Un message tranchant

    S’il existe un mérite que l’on est en mesure de dégager de la malheureuse polémique ayant …
Charger plus d'articles
Charger plus par Abdelkrim DERMECH
  • Tirer profit de la plaisance

    La Tunisie, qui dispose de  1.300 km de côtes, n’arrive pas à promouvoir l’activité de pla…
  • Des partis dans le déni du réel

    Maintenant que le parti Afek Tounès a déposé, officiellement, vendredi 12 août, un recours…
  • Ils n’ont pas le droit !

    A travers ses différentes prises de position, les discours et l’apologie de ses principaux…
Charger plus dans Editorial

Laisser un commentaire