Le jour de l’Aïd El Kebir approche à grands pas (samedi 9 juillet) et tout le monde se prépare à l’accueillir avec tous les égards qui lui sont  dus. Et si les autorités ont fixé le prix d’achat du kg vif à 14d,000, il en va autrement sur les marchés.. Les prix donnent le tournis au citoyen lambda qui, à son grand regret, ne peut acquérir le mouton du sacrifice. Et s’il y renonçait, qu’est-ce qui se passerait ? Rien du tout et la Terre continuerait à tourner. Une année ou même plus sans sacrifice ferait le plus grand bien à l’agriculture et à la bourse du Tunisien.

Réfléchissons-y…

T.B.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire