De bout en bout, la saison a été longue et pénible et pour les joueurs et pour les différents entraîneurs qui se sont succédé avec un aveu d’échec cuisant et implacable. Une saison à oublier au plus vite…

La saison qui vient de s’écouler avec une cinquième place en championnat et une élimination des coupes africaine et nationale a laissé les supporters du club sur leur faim. C’est la première fois depuis 27 ans que le club ne se qualifie pas à une compétition interclubs. Ce faisant, la fin de l’année sportive est presque synonyme de délivrance pour une équipe en déperdition durant la phase des play-offs. Toute la saison sortante a été marquée par des périodes de difficulté avec une instabilité du staff technique, des licenciements et des démissions à tour de bras du poste d’entraîneur de l’ESS, de Lassaâd Dridi à Lassaâd Jarda, en passant par Roger Lemerre (qui a récemment saisi la commission nationale des litiges, réclamant 200.000 dinars d’arriérés de paiement). Désormais, le club accuse un lourd déficit sur le plan financier si bien que l’ex-président Maher Karoui a préféré quitter le navire dans une confusion totale. Dans tout ce « charivari », il y a eu tout récemment une réunion de crise entre les gloires du club phare du Sahel pour préparer la prochaine saison qui s’annonce d’ores et déjà difficile. Ainsi, les anciens présidents ont été invités et informés de tout ce qui concerne l’équipe et un comité a été formé pour évaluer le capital humain et aider à résoudre les conflits et les obligations urgentes. Mais la bonne volonté des sages du club suffira-t-elle devant les nombreux obstacles que traverse le club ?

Des décisions et après ?

Rafik Barka, secrétaire général du club, est intervenu avant-hier sur le Media Center de l’ESS, lui qui tend à préserver les acquis avant de révéler les dernières décisions prises malgré l’absence d’un bureau directeur : la non-observation du délai de 60 jours pour fixer la session plénière électorale, l’adoption de toutes les initiatives visant à soutenir l’association, la prise de contact avec la Fédération tunisienne de football pour créer un compte pour les litiges. L’ESS a besoin d’y voir plus clair dans un horizon qui s’obscurcit.

L’arbre qui cache la forêt…

En raison de la situation administrative et financière difficile et délicate que traverse actuellement l’ES Sahel, Rafik Barka opte pour la création d’un compte spécial pour la résolution des conflits à travers lequel les dons et les fonds seront affectés exclusivement aux dossiers, qu’ils soient définitivement tranchés ou encore en instance. C’est une idée que creuse le club dans le but d’améliorer ses finances, mais qui ne doit pas être « l’arbre qui cache la forêt », car on connaît les nombreux transferts de joueurs étrangers qui ont coûté au club sans aucun apport significatif sur le terrain. Il ne s’agit pas de suivre le modèle des autres clubs qui ont eu raison de soutenir leur club financièrement, au moins sur le court terme, mais d’opter pour une initiative qui soit défendable et source de gains assurés à l’avenir. Le club est à la croisée des chemins et une montagne de dossiers attend les décideurs étoilés.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Salem Kechiche
  • CA: Renouer avec le succès

    A Radès, face à la lanterne rouge, les Clubistes doivent repartir de l’avant afin d’acheve…
  • UST: Requinqués et confiants 

    Après leur exploit devant le CSS qui les a hissés à la troisième place, les Tataouinis aff…
  • CAB : Le match de l’espoir

    Les Bizertins jouent, cet après-midi, leur place au play-off. Décidément, tous les matches…
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire