La Ville de Tabarka renoue avec son festival et offre un produit alliant tourisme et culture.

L’Association du Festival international de Tabarka a présenté vendredi dernier, lors d’une conférence de presse, le programme concocté de la 58e session de ce prestigieux festival, suspendu pour deux années consécutives en raison de la crise du Covid-19.

Le programme de cette année, qui commence le 21 juillet et prend fin le 14 août, comprend un certain nombre de présentations artistiques, théâtrales, musicales et folkloriques, accompagnées de plusieurs ateliers de formation.

Parmi les manifestations programmées figurent un spectacle de la Troupe musicale du monde arabe, la projection du film «Papillon d’or» de Abdelhamid Bouchnak, un show de Balti, une représentation de «Fallega» de Nasreddine Chebli, un spectacle de chant de Nabiha Karaouli, une représentation théâtrale de Lamine Nahdi, Ezziara de Semi Lajmi et Faya Younen.

Des spectacles de rue et carnavals seront également présentés dans la ville et des ateliers artistiques pour enfants seront aussi organisés ainsi que des représentations théâtrales qui feront découvrir au public la créativité d’un certain nombre de jeunes de la région.

Cette 58e édition verra également la mise en place de séminaires au cours desquels un certain nombre de penseurs et d’historiens passeront en revue la valeur historique de Tabarka et le climat d’investissement optimal pour son développement

Le directeur artistique du festival, Wajih Hilali, a confirmé que l’association organisatrice du festival cherche à préserver la valeur et l’héritage de ce rendez-vous historique qui remonte à 1962, à mettre en valeur une vision artistique et une stratégie claire suivant plusieurs axes et d’ouvrir de nouvelles pistes avec des spectacles de théâtre, de chant et de musique, qui attireraient les touristes venus profiter de la richesse de la région et allier le balnéaire au divertissement.

Charger plus d'articles
Charger plus par Asma DRISSI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire