En ayant obtenu son doctorat, Lamia Hakim a réalisé un exploit dont elle peut être fière. Cette enfant de la lune, devenue aujourd’hui une jolie jeune femme, a su, avec intelligence et ténacité, transcender toutes les formes d’obstacles qui auraient pu se mettre en travers de son chemin et l’empêcher d’avancer et de réaliser son rêve : atteindre le summum des études supérieures et décrocher le fameux sésame qui pourra lui ouvrir la porte du marché de l’emploi.

C’est la première enfant de la lune à être allée aussi loin dans ses études et à avoir soutenu une thèse de doctorat. Pourtant, la vie n’a pas du tout été facile pour cette enfant atteinte de Xeroderma pigmentosum (ultrasensibilité aux rayons ultraviolets) et qui a, très vite, pris conscience de sa différence à travers le regard des autres. Tous les jours, les brimades des enfants viennent s’ajouter aux privations de la vie quotidienne difficiles à vivre pour la petite fille, qui n’a jamais pu jouer dans une cour de récréation avec ses camarades.

Le choc est d’autant plus difficile à encaisser qu’au cours de son parcours primaire, une réclamation a été faite par des parents d’élèves qui ont demandé à ce qu’elle change d’école «car son apparence fait peur aux autres enfants».

Face aux vicissitudes de la vie, Lamia Hakimi a réussi, pourtant, à trouver, au fond d’elle-même, la force intérieure qui lui a permis de transformer les idées noires en énergie positive et d’avancer et réaliser ses objectifs. «J’ai fait un choix dans la vie. J’ai décidé de regarder le verre à moitié plein plutôt que le verre à moitié vide», a relevé la jeune fille au cours d’une interview réalisée pour un des médias de la place après l’obtention de sa thèse de doctorat.

A l’instar de ces femmes tunisiennes qui se sont distinguées par leur force de caractère, leur ténacité  et leur volonté de réaliser leur rêve, Lamia Hakimi a su donner une très belle leçon à tous ceux et celles  qui désirent, malgré les obstacles qui se dressent devant eux, réaliser leur rêve à tout prix.

Charger plus d'articles
Charger plus par Imen Haouari
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire