Farouk Bouasker, président de l’Instance supérieure indépendante des élections (Isie), a livré, dans la soirée de mardi 26 juillet, lors d’une conférence de presse au Palais des congrès à Tunis, les résultats préliminaires, du référendum populaire, tenu le lundi 25 juillet 2022, sur la nouvelle Constitution soumise, sur initiative du Président Kaïs Saïed, au vote des électeurs tunisiens. Et ces résultats qui attendent confirmation ou infirmation à la suite des recours qui pourraient être soumis par les opposants au Tribunal administratif, montrent que le oui a arraché l’approbation de 94,6% des votants, alors que les votants non ont atteint 5,4% de l’ensemble des voix déclarées. Les chiffres révélés par Farouk Bouasker introduisent les données suivantes, soit 2.830.094 voix déclarées, ce qui équivaut à un taux de participation de 30,5% alors que le nombre des votants oui s’élève à 2.607.484 l’équivalent d’un taux de 94,6%. Quant à ceux qui ont dit non au projet de la nouvelle Constitution, ils étaient au nombre de 148.723 votants, soit 5,4% des voix déclarées. Sur la base des chiffres révélés par Farouk Bouasker, l’Isie déclare le projet de la nouvelle Constitution accepté.

Donc, la Tunisie est dotée officiellement d’une nouvelle Constitution suite au référendum populaire du 25 juillet 2022 dont les résultats préliminaires qui seront déclarées définitifs au plus tard fin août prochain ont pour effet l’annulation définitive de la Constitution du 27 janvier 2014. Ainsi, l’on peut affirmer aujourd’hui que la Tunisie s’est dotée de sa troisième constitution après l’indépendance. La première, en date du 1er juin 1959, la deuxième en date du 27 janvier 2014 et la troisième en date du 25 juillet 2022.

Et si une élection présidentielle était organisée dans la foulée ?

Pour le bâtonnier des avocats, Me Brahim Bouderbala, «la victoire du oui ne souffre aucune contestation». Il ajoute en réponse à l’appel lancé par le Front du salut au Chef de l’Etat lui demandant de démissionner : «Si des élections présidentielles sont organisées dans les mois prochains, le Président Kaïs Saïed récoltera le même taux qu’au référendum». Il est à préciser qu’en dépit du oui écrasant remporté par la nouvelle Constitution, plusieurs infractions électorales ont été commises et le ministère de l’Intérieur n’a pas hésité à les dévoiler dans l’attente que la justice dise son mot à l’encontre des contrevenants. L’on apprend, en effet, l’arrestation d’un citoyen qui distribuait des sommes d’argent aux électeurs à Séjoumi pour les inciter à voter non, l’arrestation aussi de quatre membres d’une cellule takfiriste à Bizerte qui surveillaient les électeurs devant un bureau de vote, la découverte à Tunis d’un sac contenant de l’argent et la mise en examen de trois individus. Quant à l’ONG Mourakiboun, spécialisée dans l’observation des élections, elle considère que le taux de participation s’élève à 31,2% et que le taux d’abstention est d’environ 68% avec une marge d’erreur de 0,9%.

Les taux du oui et du non révélés par Mourakiboun ne diffèrent pas beaucoup de ceux livrés par Farouk Bouasker puisqu’ils ont été 94,2% à dire oui (contre 94,60% pour l’Isie) et 5,8% à dire non (contre 5,4% comme l’a dévoilé Farouk Bouasker).

Charger plus d'articles
Charger plus par Abdelkrim DERMECH
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire