Mardi, 18 juin courant, avait lieu, au siège de l’Institut culturel italien à Tunis, le vernissage d’une exposition photographique sous l’intitulé « L’Italie, vue à travers des yeux tunisiens ». Cet événement a été organisé à l’initiative de l’institution italienne et de l’association –tunisienne- pour la valorisation de l’héritage culturel, AVHEC

Cette exposition comporte 27 tableaux en noir et blanc et en couleurs restituant des rencontres marquantes vécues par 12 objectifs du Club de la photographie de Tunis au cours d’un périple effectué en Italie en mars dernier qui les a conduits à Rome, Viterbe et Florence. A cette occasion, nous apprennent les organisateurs, quatre jumelages ont été effectués avec des clubs photographiques de ces villes.

Par-delà la qualité technique, esthétique et anecdotique des œuvres affichées, il y a lieu de lire également la perception qu’ont eue ces voyageurs de l’instant du fabuleux patrimoine culturel et humain qui s’est offert à leurs yeux durant ce voyage. Ils n’ont pas fait dans le reportage documentaire et ont préféré fixer dans leur mémoire numérique ces moments fugaces qui en disent bien plus long sur le passé d’une population, sur sa culture présente, sa manière d’être dans la vie. A travers ces mêmes « clics », ils adressent aussi à leurs hôtes des messages d’amitié, d’affection, ainsi que des interrogations incontournables quant à l’origine de nos ressemblances et de nos différences.

A cet événement, les organisateurs ont tenu à associer une dizaine de leurs homologues italiens dont certains avaient été rencontrés dans leur pays et qui sont venus à leur tour effectuer un voyage de découverte de la Tunisie, pays que, en dépit de sa proximité avec la péninsule voisine, ils visitaient pour la première fois.

N’anticipons pas sur ce qu’ils auront ramené avec eux comme souvenirs, comme sensations au terme de cette incursion de quelques jours au cours de laquelle il se sont rendus dans la médina de Tunis, à Carthage, au musée du Bardo, à Zaghouan et à Zriba l’Ancien, à Dougga et au Kef, à Hammamet et ailleurs; mais gageons qu’ils nous restitueront des instantanés bien plus éloquents que tous les discours de promotion institutionnelle et qui seront empreints de sincérité et de curiosité réelle et bienveillante pour le vécu du milieu hôte.

L’exposition se prolongera jusqu’au 30 juin et sera accessible au public à la galerie de l’Institut du lundi au samedi, de 10h00 à 18h00. Les œuvres sont en vente entre 300 et 400 dinars. 20% du prix d’achat seront reversés à l’Association SOS Villages de Tunisie.

Tahar Ayachi

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire