Malgré la crise où nous nous enfonçons un peu plus tous les jours, malgré la canicule, malgré la situation préoccupante, pour le moins qu’on puisse dire, la vie continue son bonhomme de chemin. Tant bien que mal et plutôt mal que bien. Mais ce qui est révoltant et même plus que révoltant, c’est qu’on continue à importer, avec des devises qui seraient beaucoup plus utiles ailleurs, des produits qui ne sont d’aucune nécessité. Et là, ils sont légion ces produits. Un exemple : les glibettes turques qui font l’objet d’un commerce juteux. Alors que des médicaments sont en rupture de stock, ces produits sont disponibles partout et narguent tout le monde. Comment cela est-il possible ? Comment permet-on d’importer toutes ces marchandises ? Personne n’y comprend rien.

T.B.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire