La fidélité mise à rude épreuve, un mari, réalisateur de son état, n’avait plus d’alternative que de recourir à une caméra-espion et de soumettre sa femme — une actrice notoire — à une surveillance discrète dans leur appartement au quartier Ennasr.

De plus en plus les gens ont recours aux caméras espion pour une surveillance discrète. L’objectif est de filmer soit un endroit ou une personne de façon discrète et dans un emplacement non décelable. Simples d’usage et avec une connectivité à distance assurée et une mémoire importante pour l’enregistrement, ce type de système de surveillance est en passe de détrôner les caméras décelables qui ont montré leurs limites. Pour les soupçons d’adultère, il semble que la caméra espion soit la solution idoine pour immortaliser une infidélité sur un support numérique et par la suite servir de pièce justificative pour déclencher le processus d’une plainte judiciaire.

La fidélité mise à rude épreuve, un mari, réalisateur de son état, n’avait plus d’alternative que  de recourir à ce type de caméras et de soumettre sa femme, une actrice notoire, à une surveillance discrète dans leur appartement au quartier Ennasr.  Il ne s’agit pas de la réalisation d’un film d’espionnage pour le mari qui doutait de la conduite de sa dulcinée mais d’une tentative de tout tirer au clair sur le plan de sa vie conjugale et de rassembler des preuves sur la présumée relation extraconjugale de sa femme.  Quand la trahison  s’installe, elle laisse une cicatrice indélébile. Aussi bien vrai pour l’homme que pour la femme. Mais au bout du compte, le mariage ne s’apparente plus à une union conjugale qui débute par un consentement  pour le meilleur et pour le pire, mais plutôt à un contrat ou les intérêts, souvent non déclarés, divergent  pour aboutir à la trahison conjugale, aux scandales et enfin à la séparation.

Piégée par les caméras  dissimulées dans l’appartement, le verdict est tombé et les poursuites contre l’actrice ont été lancées après une plainte déposée en bonne et due forme contre l’actrice par son mari.  Le visionnage des enregistrements  par ce dernier, après son déplacement en France, est venu confirmer la présence à l’intérieur de l’appartement d’un jeune homme qu’il ne connaissait pas. L’actrice et le jeune ami  ont été interpellés par la police judiciaire et mis en détention pour 48 heures à partir de ce lundi sous ordre du Parquet du tribunal de première instance de l’Ariana pour les besoins de l’enquête  pour soupçons d’adultère. Cependant, le mari  aurait  décidé de  retirer sa plainte judiciaire auprès du Parquet du tribunal de l’Ariana, selon les récentes informations. Avait-il agi sous la pression de certains membres de la famille soucieux de clôturer l’affaire à l’amiable? Cette hypothèse reste plausible  d’autant plus que l’article 236 (nouveau) du Code pénal dispose que  «l’adultère du mari ou de la femme est puni d’un emprisonnement de 5 années et d’une amende de 500 dinars. Il ne peut être poursuivi qu’à la demande de l’autre conjoint qui reste maître d’arrêter les poursuites ou l’effet de la condamnation. Le complice est puni des mêmes peines que la femme ou le mari coupable».

Charger plus d'articles
Charger plus par Samir DRIDI
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire