En Tunisie, près d’une cinquantaine de femmes sont tuées chaque année. Rien que pour l’année 2013, le ministère de l’Intérieur a révélé que 46 femmes avaient été tuées intentionnellement, à la suite de violences graves à leur encontre, sur 7.861 femmes qui avaient été soumises à différents types de violence. Ces chiffres confirment l’escalade de la violence à l’égard des femmes ces dernières années.

Mais les violences contre les femmes ne sont pas des questions mineures qui relèvent de brèves ou de faits divers. Il ne s’agit pas d’«incidents» isolés, d’affaires familiales privées ou de «coutumes locales» intangibles, mais bien de très graves problèmes de société. Les attaques à l’acide, les crimes dits «d’honneur», l’inceste, les infanticides et fœticides sexospécifiques, les mariages précoces et/ou forcés, les mutilations génitales féminines, les viols, les violences conjugales et le (cyber) harcèlement sont des violences sexistes. Elles sont fondées sur un système patriarcal qui instaure entre les hommes et les femmes des relations de pouvoir et de domination. Dans un pays où le Code du statut personnel existe depuis 60 ans, il est ahurissant de constater que les hommes qui commettent ces violences peuvent être universitaires, artistes, commerçants, étudiants, ouvriers ou chômeurs. Les femmes qui en sont victimes peuvent être médecins, architectes, universitaires, infirmières, femmes au foyer ou secrétaires.

Elles meurent étranglées, poignardées, brûlées vives, rouées de coups, parfois sous les yeux de leurs enfants, parfois en pleine rue. Pourtant, certains s’escriment à relativiser l’étendue et l’horreur des violences subies par les femmes. En vérité, ils  ont l’indécence de la temporiser pour ne pas agir. De ce fait, ils ne font qu’encourager les agresseurs à aller de l’avant en toute impunité. Car violenter une femme, la terroriser et parfois la tuer dénote le fait qu’elle représente une altérité. Cette altérité se résume pourtant à une liberté qui ne coïncide pas toujours avec celle d’un homme qui n’arrive pas encore à supporter que sa compagne existe autrement que pour lui. Cette emprise sexiste est tellement ancrée dans nos mentalités et dans nos pratiques que certains hommes se sont habitués à l’impunité.

Ces femmes livrées à elles-mêmes et à ceux qui les détruisent ne trouvent pas le soutien adéquat malgré la loi.

Il est donc temps d’assurer à toutes ces femmes le droit de respirer. Avec ou sans leurs agresseurs. Mais pour que justice soit faite, l’Etat a la responsabilité de trouver des solutions pour mettre un terme à ce calvaire et de protéger les femmes en réformant notre législation pour aligner le droit avec cette réalité. A cet effet, la chaîne pénale doit être passée au peigne fin dans les procédures. Il ne s’agit pas de pointer la faute de tel ou tel acteur mais de regarder nos défaillances en face et de les corriger pour mieux protéger les femmes.

Charger plus d'articles
  • Bisbille et grincement de dents

    Les Tunisiens ont poussé un ouf de soulagement dès que l’affaire de l’envoi des jeunes au …
  • La sagesse syndicale

    Après Fitch Ratings, voilà une autre agence de notation internationale, Moody’s, qui quali…
  • L’honneur de la politique

    Le décret-loi sur l’organisation des élections législatives et celui convoquant les électe…
Charger plus par Chokri Ben Nessir
Charger plus dans Editorial

Laisser un commentaire