La flotte provenant de la Sardaigne (Italie) a débarqué lundi 8 août à la marina de Bizerte où une régate était organisée dans une ambition conviviale. 23 bateaux se disputent les premières places. Départ de la marina et une bouée en plein milieu de la mer pour  arriver ensuite sur le rivage lacustre de Menzel Abderrahmen.

Après deux ans d’absence à cause de la crise du Covid-19, le port de plaisance de la nouvelle marina de Bizerte a reçu les participants à la trentième édition de la régate méditerranéenne «La route du Jasmin», une course-croisière qui se caractérise par ses navigations estivales, ses escales amicales, des rencontres dans les ports d’accueil des pays des deux rives de la Méditerranée…

Le coup de départ de la flotte a été donné lundi 1er août comme de coutume à partir de la rade de la ville maritime française de Toulon, précisément du port de plaisance de la Seyne-Sur-Mer vers l’île d’Asinara, l’extrémité du nord-ouest de la Sardaigne. La seconde étape était un parcours côtier qui a longé la Sardaigne jusqu’à l’île de San Pietro après un stop baignade de quelques heures dans les plus belles eaux de la Méditerranée du passage des Fornelli. Après Carloforte, la flotte du Jasmin a quitté le continent européen pour les rivages de la Tunisie où il y a eu une escale à Bizerte le 8 août, puis une excursion à Sidi Bousaid le 11 août pour terminer à Hammamet le 15 août dans une ambition festive.

Cinq nationalités

Après leur arrivée à Bizerte et après avoir passé une nuit à découvrir le vieux port et les monuments historiques de la ville ainsi que sa richesse touristique et culturelle, 23 voiliers bien équipés et environ 120 participants de cinq nationalités (tunisienne, italienne, anglaise, espagnole et française) se sont disputé mercredi la première place de cette régate méditerranéenne.

Sous sa casquette de plaisancier passionné, Jo Minniti, par ailleurs fondateur de cette course-croisière et président de l’association «La route du Jasmin», a indiqué que cette régate est ouverte aux voiliers armés pour la navigation hauturière sans limite de taille. Pour lui, l’essentiel est d’apprécier ces moments magiques que nous offre la Méditerranée au mois d’août…

«Tout dépend de l’équipage et de la motivation de chacun… Mais pour nous, 2022 sera une année exceptionnelle qui marquera la célébration du 30e anniversaire de la Route du Jasmin. Ça a tellement bien marché que nous avons continué d’organiser cette course-croisière depuis 1990 à l’exception des deux dernières années… Il est vrai que pour cette édition, le nombre est réduit par rapport aux précédentes éditions, qui comptaient entre 50 et 70 voiliers engagés, mais cette baisse s’explique notamment par ce contexte sanitaire. En effet, la tenue de la course-croisière devrait se préparer d’ordinaire dès décembre à l’occasion du salon nautique de Paris. Mais nous n’avons pu confirmer que fin avril, ce qui a considérablement réduit le délai d’inscriptions. Et pour les participants tunisiens, nous n’avons pu recevoir les confirmations, nécessaires de la part des autorités concernées qu’à la fin du mois du juin alors qu’en ce moment, beaucoup de gens ont, bel et bien, choisi leurs vacances», a-t-il précisé, tout en saluant le bon accueil des participants à la tournée, tant au niveau de la préparation logistique et technique des bassins de la marina qu’en termes de sécurisation de toutes les installations.

Charger plus d'articles
Charger plus par Meriem KHDIMALLAH
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire