A l’occasion de la Fête nationale de la femme, le Festival international de Hammamet a accueilli la metteuse en scène et dramaturge Cyrine Gannoun qui a présenté «Club de chant», une de ses dernières créations scéniques, théâtrales 100% féminines. 

Une pièce qui réunit une poignée de têtes d’affiche. Des pointures toutes plus différentes et distinguées l’une que l’autre, à savoir Chekra Rammeh, Rim Hamrouni, Souhir Ben Amara, Oumeyma Maherzi et Basma Baazaoui, qui interprètent des personnages féminins, représentatifs d’une frange de la société.

C’est dans un club de chant, un lieu supposé être le berceau de la musique et des énergies bienveillantes et charitables, que les vécus de 5 femmes s’entrecroisent ou s’entrechoquent au gré d’une intrigue sociale. Exubérance et comiques font le «Club de chant» de Cyrine Gannoun. Une intrigue fluide qui valorise des femmes-interpètes, épousent leurs rôles et les font vivre. Des protagonistes dissimulés enrichissent la pièc<e.

«Club de chant» montre raconte les préparatifs houleux d’un concert : on assiste à une répétition, et toutes les scènes qui vont suivre traduisent ces mêmes préparatifs jusqu’à la scène finale : la soirée. Gannoun lève le voile sur les tares de la société et se dévoile personnellement en tant que mère, épouse, enfant ou encore collègue et sœur. La pièce est une satire, marquée par son autodérision.

«Club de chant» est une production du Théâtre El Hamra, soutenue par Tfanen Tunisie Créative et l’Afac (Fonds arabe pour l’art et la Culture). La pièce est mise en scène par l’artiste et directrice du théâtre El Hamra, Cyrine Gannoun, sur un texte co-écrit avec Rym Haddad.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire