L’hôpital universitaire Habib-Bougatfa a vécu une situation inédite traduisant le malaise qui règne au sein de cet établissement ! En effet, le corps médical et para-médical a organisé un sit-in pour dénoncer l’insécurité dans le service des urgences. Les agressions verbales et parfois physiques, outre les dégâts matériels occasionnés sont devenus fréquents dans ce milieu hospitalier. Il a fallu attendre l’intervention du gouverneur de Bizerte qui a été suivie d’une réunion de travail avec les principaux concernés, le secrétaire général du syndicat de base des médecins et le directeur de l’hôpital pour que la contestation pacifique cesse. Il a été décidé de renforcer, dans un premier temps, l’équipe de surveillance de quatre agents de sécurité. Le gouverneur de la région, en étroite collaboration avec les forces de sécurité, a promis de créer une unité de quatre agents permanents relevant de la police pour sécuriser les lieux. Mais pourquoi attend-on que les choses se gâtent pour réagir ? Nous dirions mieux vaut tard que jamais ! C’est toujours ça de gagné dans un secteur de santé publique qui souffre de plus en plus…

Charger plus d'articles
Charger plus par Bechir SIFAOUI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire