Quoi qu’il en coûte, les décideurs clubistes doivent trancher dans le vif.

La rumeur s’est répandue comme une traînée de poudre, puis a circulé sans que l’on sache réellement d’où elle vient. Selon certaines informations donc, le divorce serait imminent entre Bertrand Marchand et le CA. Le technicien français rebondirait au poste de directeur technique alors que Faouzi Benzarti serait intronisé après son départ du Raja. Un temps cependant, tout indiquait que Marchand serait retenu mais se verrait «flanquer» de deux nouveaux lieutenants. Le cas échéant, le timonier clubiste serait quelque peu en sursis, le temps d’y voir plus clair, juste après le choc face à l’USM et l’entrée en lice en C3. Après Lassâad Dridi, Kaïs Yâakoubi, Montassar Louhichi et Adel Sellimi, tous passés par le banc du CA (le tout en deux ans), Bertrand Marchand, intronisé en été, ne ferait actuellement plus l’unanimité, alors que le championnat n’a même pas débuté. Forcément, là, c’est le timing qui pose question. Et ce n’est pas facile de se séparer d’un coach réputé qui ne fait pas de vague et qui exerce avec passion. Sauf qu’il n’y a pas de sentiment dans le football. Le projet clubiste est tel, que pour construire un CA fort, compétitif, qui plus est, dans une ambiance exigeante, il faut agir et prendre les décisions qui s’imposent sans tâtonner. Bref, il faut avant tout protéger le club car tout un chacun connaît les attentes au CA, surtout sur une saison où le Club Africain est en C3. Quoi qu’il en coûte donc, les décideurs clubistes doivent certes tempérer (ne pas aller plus vite que la musique) mais surtout prendre les devants et penser à la suite, si suite il y a… En clair, au CA, actuellement, il faut tout donner pour pérenniser le projet.

Projection et projet

Projetons-nous à présent et mettons-nous dans la peau des membres du bureau. L’éventuel départ de Marchand serait-il lié aux ambitions du club ? Forcément, sauf qu’il faut aussi faire en sorte que les choses soient pérennes, logiques et cohérentes. Maintenant, concernant Marchand, le fait qu’il soit en sursis constitue-t-il un aveu d’échec, volet choix du staff par les décideurs ? Là, il s’agirait plutôt d’avoir juste une vision différente en cette étape précise de la pré-saison. Club sanguin par excellence, le CA est autant réputé pour l’impatience de ses fans que par la fidélité à toute épreuve de ces derniers. Club instable par nature (les ambiances passionnées sont toujours instables), le CA actuel tente depuis quelque temps de renaître autour d’un projet de jeu, autour d’un entraîneur, autour d’une mentalité. Ne pas omettre aussi de rappeler la stabilité économique que le club n’a pas eue ces dernières saisons. Un projet se construit sur la force sportive et la force économique.

Car c’est ainsi que le niveau de compétitivité augmente. Bref, le bureau doit être toujours aussi engagé, soudé afin de donner de la continuité. Et c’est à ce prix qu’il gagnera davantage le respect des fans. Donner du caractère au CA et savoir s’adapter au contexte, l’objectif est tout tracé, celui d’avoir un projet cohérent et d’agir dans l’intérêt du CA, à commencer par ne pas trop tergiverser volet plateau technique, soit renouveler sa confiance en Marchand ou trancher dans le vif, de façon énergique. Actuellement donc, dans l’hypothèse d’un changement de coach, la chasse aux indices serait ouverte et les spéculations vont déjà bon train concernant le futur timonier clubiste.

En l’état, la liste des prétendants ne serait pas exhaustive mais se limiterait à deux noms, Faouzi Benzarti ou Saïd Saïbi. Ces deux noms évoqués récemment s’imposeraient naturellement comme de sérieux candidats. Attendons voir cependant…

Charger plus d'articles
Charger plus par Khaled KHOUINI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire