Ce n’est pas la première fois que l’on joue en amical un ténor du football international. On l’a fait depuis longtemps. Le Brésil est un mastodante du football international qui s’ajoute à d’autres ténors comme l’Allemagne, la Hollande, l’Italie, etc. Dans ce test face au Brésil de demain soir, il y a le côté prestige, l’honneur de jouer face à des stars du ballon rond et face à une école de foot. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut le  faire. Pour nos joueurs, ça restera dans leurs CV, dans leur mémoire. Mais en même temps, il y a le côté enjeu ou intérêt sportif. Aussi bien l’équipe de Tunisie que le Brésil ont une bonne motivation de jouer ce test et de le prendre au sérieux. Nous allons jouer pour faire bonne mine et pour nous exprimer d’égal à égal (autant que possible) avec un Brésil qui va découvrir une sélection africaine qui a également des similitudes avec le football européen, étant donné que la plupart des joueurs tunisiens jouent en Europe. Même si le Brésil de demain ne jouerait pas avec le onze type il y aura de  grands joueurs sur le terrain. Mieux, la motivation sera intacte pour ceux qui veulent gagner des places. Il faut voir la liste des joueurs du Brésil pour s’assurer  qu’il n’y a pas vraiment la notion de «réserviste». Tous prêts, tous de qualité et tous jouent au haut niveau. L’écart individuel et collectif entre l’équipe de Tunisie et le Brésil ne doit  justifier aucun relâchement, ni déroute possible. Ce n’est pas parce qu’on joue le Brésil qu’on va subir le jeu et nous comporter en «outsider» timide et peureux et qui cherche à limiter les dégâts.

Jalel Kadri, qui a gagné la confiance de Wadi El Jary, a, en mains,  le match le plus important de sa vie.

Lui qui va conduire la sélection, contre vents et marées au Mondial, va avoir les projecteurs braqués sur lui. Que va-t-il préparer pour sortir un match honorable et rassurant à moins de deux mois du Mondial? C’est toute la question qui va au-delà du tactique. L’attitude des joueurs sur le terrain va refléter aussi les idées et le tempérament du sélectionneur. Ce Brésil des stars impressionne tout le monde.

Du respect pour ce ténor, oui, mais de l’audace et de la confiance on en aura besoin. Kadri et ses joueurs vont devoir créer et résister, patienter et tenter, pour afficher une bonne impression. Pas plus.

Charger plus d'articles
Charger plus par Rafik EL HERGUEM
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire